OMI JPIC logo

Justice, paix et intégrité de la création

Missionnaires Oblats de Marie Immaculée États-Unis

Logo OMI
Actualités
Traduire cette page:

Noticias en EspaÑol

News

Archives des actualités


Dernière vidéo et audio

Plus de vidéo et audio>

Archives des actualités »Amérique centrale et Caraïbes

Fin cachez l'espagnol de la page non-espagnole --->

Les leaders religieux soutiennent la normalisation avec Cuba 4 mai 2015

Catedral_exterior

Crédit photo (voir ci-dessous)

Trente organisations religieuses américaines ont signé une lettre au Congrès demandant instamment de lever le blocus de plusieurs décennies avec Cuba. Le révérend William Antone, provincial des États-Unis, a adhéré à la USP Missionary Oblates La lettre fait référence aux liens de longue date de nombreuses organisations religieuses avec des organisations religieuses à Cuba et cite leur appel à la normalisation des relations et à la levée de l'embargo.

Lisez la lettre ici ...

Crédit photo: Krasivaja sur Wikipédia en anglais [GFDL (www.gnu.org/copyleft/fdl.html) ou CC-BY-SA-3.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/) ], via Wikimedia Commons


Engager pour l'impact Mars 2nd, 2015

Pourquoi les actionnaires de Faith engagent-ils les sociétés minières?

Le Révérend Seamus Finn, OMI, a été interviewé récemment par SUSTAIN, une publication de la Société Financière Internationale, une branche prêteuse de la Banque Mondiale qui se concentre exclusivement sur le secteur privé. La SFI s'intéresse à la façon dont l'Église s'est engagée ces dernières années dans l'industrie extractive. Fr. Finn a été impliqué dans des réunions de haut niveau convoquées par le Vatican et l'Archevêque de Canterbury avec des PDG et des représentants religieux pour discuter des moyens de renforcer le respect des droits des communautés locales et de réduire leur impact sur les communautés locales. Il est directeur de l'investissement confessionnel pour le Fonds de placement pastoral oblat international (OIP) et directeur exécutif du Groupe interconfessionnel international d'investissement (3iG)

Certaines des questions posées dans l'interview sont: «Pourquoi l'Église devrait-elle se soucier des produits extractifs?», «Pourquoi la justice sociale par l'investissement?» Et «Y a-t-il un moyen d'assurer l'équité sociétale? Est-ce toujours une dynamique ou y a-t-il un sweet spot? "

Lisez l'article complet ici ...


Les enfants migrants mexicains oubliés à la frontière Janvier 22nd, 2015

La patrouille frontalière et les autorités mexicaines omettent de dépister et de protéger les enfants migrants mexicains

L'année dernière, la question des enfants d'Amérique centrale fuyant la violence a fait les gros titres aux États-Unis. Mais contrairement aux mineurs non accompagnés du Guatemala, du Salvador et du Honduras, les enfants mexicains fuyant la violence ont rarement l'occasion de raconter leur histoire devant un juge de l'immigration. Le Bureau de Washington pour l'Amérique latine (WOLA) a publié une vidéo d'enquête et un rapport sur le traitement des enfants migrants mexicains non accompagnés détenus à la frontière américano-mexicaine.

Chaque année, la US Border Patrol appréhende environ 15,000 enfants mexicains non accompagnés. Selon un rapport 2014 de l'Agence des Nations Unies pour les réfugiés, près de 60 pour cent des mineurs mexicains non accompagnés interrogés ont mentionné la violence comme l'une des raisons de quitter leur foyer. Mais dans 2013, moins de 5 pourcent ont été transférés à l'Office of Refugee Resettlement des États-Unis pour être examinés et plus tard accordé une audience d'immigration.

Grâce à des entrevues avec des enfants migrants, des représentants de la Patrouille frontalière, des autorités mexicaines et des experts, la vidéo «Oublié à la frontière» de WOLA montre la détresse des enfants mexicains qui émigrent aux États-Unis pour échapper à la violence. À moins que ces enfants puissent prouver à un agent de la police des frontières qu'ils courent un risque crédible de persécution ou de trafic, ils sont renvoyés chez eux.

La vidéo de WOLA met en lumière les histoires de mineurs comme Esteban, un 17-year-old qui décrit fuyant un cartel local, traverser la frontière de l'Arizona, et être expulsé par Border Patrol. La vidéo est accompagnée d'un rapport d'enquête, aussi bien que recommandations pour les gouvernements américain et mexicain mieux protéger et filtrer les enfants mexicains non accompagnés.

Rapport: Oubliés sur La Frontera: Les enfants mexicains fuyant la violence sont rarement entendus

Recommandations: Comment les gouvernements américain et mexicain peuvent mieux protéger les enfants mexicains non accompagnés qui fuient la violence

Intéressé à suivre WOLA sur les médias sociaux? Vous pouvez les trouver sur Twitter @WOLA_org ou un lien vers leur Page Facebook.


Progrès importants dans le développement pédiatrique de médicaments contre le sida Décembre 3rd, 2014

moment_quoteLa Journée mondiale de lutte contre le sida a été marquée par deux annonces importantes concernant le développement de médicaments contre le sida pédiatriques indispensables. C'est une question sur laquelle les Oblats et d'autres investisseurs confessionnels dans le Centre interconfessionnel sur la responsabilité d'entreprise (ICCR) ont pressé les sociétés pharmaceutiques sur des années. Étant donné que la plupart des patients pédiatriques atteints du SIDA se trouvent dans des pays en développement pauvres, l'incitation commerciale habituelle au développement de médicaments n'existe pas. Et, le développement de médicaments pédiatriques contre le SIDA, en particulier pour les nourrissons, est difficile. Les membres de l'ICCR ont activement encouragé les grandes sociétés pharmaceutiques à participer à Pool de brevets de médicaments, un mécanisme mis en place sous les auspices de l'ONU pour «regrouper» les brevets de médicaments afin de rendre les formulations existantes plus facilement disponibles pour la production générique et pour des combinaisons de doses fixes innovantes à développer.

Lundi, Journée mondiale du sida, AbbVie a annoncé la signature d'un accord de licence pour le lopinavir (LPV) et le ritonavir (r), les principaux médicaments pour enfants recommandés par l'Organisation mondiale de la Santé. Cette licence permettra à d’autres entreprises et organisations de reformuler et de fabriquer des traitements pédiatriques et LPV spécialement conçus pour la distribution dans les pays à revenu faible ou intermédiaire où vit 99% des enfants séropositifs du monde en développement. [Abbvie est une entreprise dérivée d’Abbott Laboratories qui regroupe le secteur pharmaceutique fondé sur la recherche.]

Le même jour, le forum de l’industrie de la recherche sur les médicaments anti-VIH a annoncé son adhésion au forum. PEPFAR, Fonds mondial, et le Initiative de traitement pédiatrique du VIH (PHTI) dans le «Engagement à l'action mondial contre les antirétroviraux pédiatriques (ARV)», récemment créé, pour accélérer l'innovation et sauver la vie des enfants. L'initiative est conçue pour accélérer le développement de nouvelles co-formulations d'ARV pédiatriques hautement prioritaires pour le traitement de première et de deuxième intention par 2017.

Cliquez ici pour en lire plus "


Les ONG soulèvent l'alarme sur le barrage hydroélectrique au Guatemala Octobre 15th, 2014

En août de 2013, la communauté a été attaquée et deux enfants ont été tués en représailles pour des plaintes de droits de l'homme déposées par la communauté.

IEn août de 2013, la communauté a été attaquée et deux enfants ont été tués en représailles pour des plaintes de droits humains déposées par la communauté.

Le bureau JPIC des missionnaires oblats s'est associé à d'autres organisations internationales pour adresser une lettre au Rapporteur spécial des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones concernant la construction du barrage hydroélectrique de Santa Rita au Guatemala. Le barrage a été enregistré en tant que projet dans le cadre du Mécanisme de développement propre (MDP) - établi en vertu du Protocole de Kyoto des Nations Unies - en juin 2014. Selon la lettre, «De nombreuses violations contre les communautés autochtones Q'eqchi´ et Poqomchí ont été signalées avant et depuis l'approbation du projet, plus récemment au cours d'incidents violents allant de 14 à 16 August 2014, qui ont causé plusieurs blessures et la mort».

La lettre note que le Rapporteur sur les droits des peuples autochtones de la Commission interaméricaine des droits de l'homme a reconnu que les licences actuelles pour les mines et les centrales hydroélectriques étaient accordées sans que l'État ait préalablement consulté librement et en connaissance de cause les communautés autochtones concernées. il est obligé de le faire en vertu de traités internationaux signés par le Guatemala ".

Lis la lettre…

retourner en haut