OMI JPIC logo

Justice, paix et intégrité de la création

Missionnaires Oblats de Marie Immaculée États-Unis

Logo OMI
News
Traduire cette page:

Nouvelles Récentes

News

Archives des actualités


Dernière vidéo et audio

Plus de vidéo et audio>

Archives des actualités »Nations Unies


Nations Unies et les Oblats de Marie Immaculée Décembre 11th, 2018

Fr. Daniel LeBlanc est un Oblat canadien qui a également été missionnaire au Pérou. Il est actuellement le représentant de l'OMI aux Nations Unies. Dans la vidéo, il explique comment et pourquoi nous sommes présents dans le plus grand organisme international au monde.


Réunion de haut niveau sur les objectifs de développement durable (ODD) prévue en juillet 9-18 Juillet 6th, 2018

INFORMATIONS PARTAGÉES par le p. Daniel LeBlanc, OMI, (Représentant des Missionnaires Oblats aux Nations Unies)

"Nous devons retrouver la conviction que nous avons besoin les uns des autres, que nous partageons la responsabilité des autres et du monde, et qu'être bon et décent en vaut la peine." Laudato Si '76

Le système Forum politique de haut niveau (FPHN) sur l'objectif de développement durables (ODD) est une réunion des États membres des Nations Unies sous les auspices du Conseil économique et social. Le forum 2018 se tiendra à partir du mois de juillet 9-18. Le HLPF est chargé du rôle central du suivi et de la révision du Programme mondial de développement durable 2030. Et le point culminant du forum est le Voluntary National Reviews (VNR). Dans le cadre du mécanisme de suivi et d’examen des objectifs de développement durable, les RNV facilitent le partage des expériences, des enseignements tirés et des difficultés rencontrées par les États membres en vue de la mise en œuvre des objectifs de développement durable. Quarante-sept pays mèneront les examens volontaires nationaux lors du forum 2018. La plateforme du FPHN offre des possibilités de partenariat entre les États membres. Les organisations de la société civile, les agences des Nations Unies, le secteur privé, les universités et d'autres parties prenantes participent également activement au forum.

Les objectifs suivants, notamment l'objectif 17 (Renforcer les moyens de mise en œuvre et revitaliser le Partenariat mondial pour le développement durable), seront examinés au cours du FPHN 2018. Le thème central du 2018 HLPF est, “Transformation vers une société durable et résiliente.”

  • Objectif 6. Assurer la disponibilité et la gestion durable de l'eau et de l'assainissement pour tous
  • Objectif 7. Assurer l'accès à une énergie abordable, fiable, durable et moderne pour tous
  • Objectif 11. Rendre les villes et les établissements humains inclusifs, sûrs, résilients et durables
  • Objectif 12. Assurer des modes de consommation et de production durables
  • Objectif 15. Protéger, restaurer et promouvoir l'utilisation durable des écosystèmes terrestres, gérer durablement les forêts, lutter contre la désertification, stopper et inverser la dégradation des terres et mettre fin à la perte de biodiversité

En savoir plus:

2018 Forum politique de haut niveau sur les objectifs de développement durable https://sustainabledevelopment.un.org/hlpf/2018


Le père Daniel LeBlanc, OMI, anime une manifestation parallèle des ONG au 17e Forum permanent des Nations Unies sur les questions autochtones Mai 3rd, 2018

L'Instance permanente des Nations Unies sur les questions autochtones (UNPFII) a tenu sa dix-septième session à partir du mois d'avril 16 - 27. Le thème du forum 2018 était: «Droits collectifs des peuples autochtones sur les terres, les territoires et les ressources». Selon l'UNPFII, les peuples autochtones sont des héritiers et des praticiens de cultures et de façons uniques d'établir des relations avec les gens et l'environnement. Les peuples autochtones ont conservé des caractéristiques sociales, culturelles, économiques et politiques distinctes de celles des sociétés dominantes dans lesquelles ils vivent. Plusieurs communautés autochtones du monde entier étaient représentées à l'UNPFII. Beaucoup d'entre eux ont eu l'occasion de présenter des déclarations sur des sujets d'intérêt pour leurs différentes communautés.

Le président de l'Assemblée générale des Nations Unies, M. Miroslav Lajčák, dans son allocution d'ouverture au forum, a brossé un tableau sombre de la situation des plus de X millions de peuples autochtones dans le monde. Il a indiqué que, si les peuples autochtones représentent environ 300 pour cent de la population mondiale, ils représentent 5 pour cent des populations les plus pauvres du monde. Une situation qu'il a qualifiée de "choquante". M. Lajčák a également souligné certains des problèmes auxquels les peuples autochtones sont confrontés: violations des droits de l'homme, marginalisation et violence auxquels ils sont confrontés pour faire valoir leurs droits. En se concentrant sur le thème des terres, territoires et ressources autochtones, M. Lajčák a souligné que «les peuples autochtones sont dépossédés des terres que leurs ancêtres appelaient leur patrie», souvent par des agriculteurs et des sociétés minières de grande taille et multinationaux.

Dans un rapport récent de Conselho Indigenista Missionaria («Conseil missionnaire autochtone» - une filiale de la Conférence nationale des évêques du Brésil), certains des défis auxquels font face un certain nombre de communautés autochtones au Brésil (ainsi que des communautés autochtones du monde entier) incluent; taux élevé de suicide, manque de chaleursoins de santé, mortalité infantile élevée, abus d’alcool et de drogues, manque d’éducation autochtone et manque soutien de l'État.

Evènement d'ONG at United Nations 17th Instance permanente sur les questions autochtones

Dans le cadre des nombreux événements parallèles du Forum, le père Daniel LeBlanc, OMI, a animé, en avril, 18, une séance sur "Lien spirituel et droit de gestion des terres, des territoires et des ressources, y compris l'eau pour les peuples autochtones,"Avec les panélistes qui comprenaient:

  • Atilano Alberto Ceballos Loeza - Leader dans les pratiques agricoles durables et défenseur des terres et des territoires au Yucatan
  • Elvia de Jesús Arévalo Ordóñez - Membre du Conseil de Gouvernement de la Communauté CASCOMI (Communauté Amazonienne d'Action Sociale Cordillera del Cóndor Mirador), intégrée par les familles autochtones et les colons de la paroisse Tundayme-Equateur
  • Augostina Mayán Apikai - La dirigeante autochtone Awajún, née à Cordoncanqui, est présidente de l'Organisation de développement des communautés frontalières de Cenepa - ODECOFROC. http://odecofroc-es.blogspot.com/p/nuestra-organizacion.html
  • Leila Rocha - Guarani Ñandeva, membre du conseil d'administration d'Aty Guasu Guarani et de Kaiowá, Mato Grosso do Sul
  • Sachem HawkStorm - Premières nations Schaghticoke

L'événement a eu lieu au Centre épiscopal de l'Église à New York et organisé par Missionnaires Oblats de Marie Immaculée; Groupe de travail des Nations Unies sur les mines Comité des ONG sur les droits des peuples autochtones; Congrégation de la Mission VIVAT International; Caritas International; Conférence dominicaine sur le leadership Franciscains internationaux; Rouge Eclesial Pan Amazónica (REPAM); Conseil missionnaire autochtone (CIMI); Société de méditation Sunray

En savoir plus:

Instance permanente des Nations Unies sur les questions autochtones: https://bit.ly/2pvCccv

Nouvelles des Nations Unies sur les droits fonciers des peuples autochtones: https://bit.ly/2H4EU1M

Rapport de Conselho Indigenista Missionaria sur la violence contre les peuples autochtones au Brésil en anglais, espagnol et portugais: https://bit.ly/2F1w133


Lancement officiel du programme de développement post-2015 Octobre 15th, 2015

Vue d'ensemble

Le 70 des Nations Uniesth session s'est tenue à New York en septembre 2015 avec l'adoption officielle des objectifs de développement durable (ODD) par ses États membres 193. Les ODD remplacent les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD), le programme de développement en cours depuis 2000, qui s'est terminé par 2015. À l'instar de son précurseur, les ODD auront une durée 15-year et resteront en vigueur jusqu'à 2030. C'est le résultat d'un processus consultatif international qui a vu le jour à la réunion Rio + 20 de 2012.

Certains considèrent les ODD comme le programme de lutte contre la pauvreté le plus audacieux des Nations Unies, comme l'ont exprimé le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki Moon, les qualifiant de «17 des objectifs audacieux mais réalisables visant à mettre fin à la pauvreté».

Les objectifs de 17 couvrent un large éventail de problèmes sociaux, économiques et environnementaux: la pauvreté et la faim, l'amélioration de la santé et de l'éducation, la réduction des inégalités et la lutte contre le changement climatique. Ils ont été salués comme une avancée par rapport aux OMD car ils abordent des problèmes plus actuels et intègrent tous les pays riches et pauvres.


Participation oblate

image001 [2]

Père Daniel LeBlanc OMI

Outre les gouvernements, des groupes de la société civile ont activement participé aux processus ayant conduit à l’adoption finale de l’accord global. Au cours des 18 derniers mois, le père Daniel LeBlanc, OMI, représentant de JPIC auprès des Nations Unies, a collaboré avec plusieurs groupes de travail, notamment le groupe de travail sur l'industrie minière, la Confédération syndicale internationale et le groupe majeur des peuples autochtones. Ces groupes ont œuvré pour l'inclusion d'une perspective des droits de l'homme dans l'accord final. Certains de ces droits incluent le droit à l'eau et à l'assainissement, le droit à un travail décent, les droits des peuples autochtones et l'éradication de l'extrême pauvreté.

La question de savoir comment les objectifs seront financés par les différents pays est un sujet particulièrement préoccupant pour la société civile et les autres parties prenantes. Un processus de négociation séparé a eu lieu à Addis-Abeba (Éthiopie) au début de l'année à la 3rd Financing for Development Conference. À Addis-Abeba, le père Daniel LeBlanc OMI s'est joint à d'autres groupes de la société civile pour promouvoir un nouveau processus de suivi élargi qui permettra à la société civile de mieux vérifier si les pays respectent leur engagement et fournissent un soutien aux pays en difficulté. Sans le financement nécessaire, de nombreux pays ne parviendront pas à atteindre leurs objectifs et cibles dans le délai 2015-2030.

sgs-synthesis-report-image

Les ODD sont organisés sous les «éléments essentiels» de 6: o Dignité o Prospérité o Justice o Partenariat o Planète o Gens

Des ressources supplémentaires sur les objectifs de développement durable (ODD) peuvent être trouvées sur ces sites:

1. Conférence des évêques catholiques des États-Unis (USCCB) Contexte sur les objectifs de développement durable

2. Objectifs de développement durable de Caritas Internationalis (SDGS): Questions fréquentes

3. Télécharger un Lettre ouverte au pape Francis du Groupe de travail des Nations Unies sur les mines:

Merci au P. Daniel LeBlanc, OMI, représentant des Oblats à l'ONU, pour cette information


Développement durable: le monde que nous voulons Février 3rd, 2015

sgs-synthesis-report-imageLequel de ces objectifs de développement durable (ODD) travaillez-vous?

  • Dignité: mettre fin à la pauvreté et lutter contre les inégalités
  • Personnes: assurer une vie saine, le savoir et l'inclusion des femmes et des enfants
  • La prospérité: développer une économie forte, inclusive et transformatrice
  • Planète: pour protéger nos écosystèmes pour toutes les sociétés et nos enfants
  • Justice: promouvoir des sociétés sûres et pacifiques et des institutions fortes
  • Partenariat: catalyser la solidarité mondiale pour un développement durable

2015 est la dernière année pour les objectifs de développement du millénaire, qui ont été lancés dans 2000 pour faire des progrès globaux sur la pauvreté, l'éducation, la santé, la faim et l'environnement. Sur la base d'un vaste processus consultatif international, les États membres des Nations Unies sont en train de finaliser les objectifs de développement durable pour les remplacer. Qu'est-ce que les ODD visent à atteindre? En quoi sont-ils différents des OMD? Quels progrès ont été accomplis pour atteindre les objectifs du Millénaire pour le développement? Voyez comment les OMD se sont déplacés dans les ODD, et explorez chaque ODD plus en détail: Un interactif sur les objectifs de développement durable: tout ce que vous devez savoir

Pour plus d'informations sur les ODD, lisez la Rapport 2015 du Secrétaire général de l'ONU: La route vers la dignité par 2030: Mettre fin à la pauvreté, transformer toutes les vies et protéger la planète

Merci à Daniel LeBlanc, OMI, représentant des Oblats aux Nations Unies, pour cette information.


Les ONG soulèvent l'alarme sur le barrage hydroélectrique au Guatemala Octobre 15th, 2014

En août de 2013, la communauté a été attaquée et deux enfants ont été tués en représailles pour des plaintes de droits de l'homme déposées par la communauté.

IEn août de 2013, la communauté a été attaquée et deux enfants ont été tués en représailles pour des plaintes de droits humains déposées par la communauté.

Le bureau JPIC des missionnaires oblats s'est associé à d'autres organisations internationales pour adresser une lettre au Rapporteur spécial des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones concernant la construction du barrage hydroélectrique de Santa Rita au Guatemala. Le barrage a été enregistré en tant que projet dans le cadre du Mécanisme de développement propre (MDP) - établi en vertu du Protocole de Kyoto des Nations Unies - en juin 2014. Selon la lettre, «De nombreuses violations contre les communautés autochtones Q'eqchi´ et Poqomchí ont été signalées avant et depuis l'approbation du projet, plus récemment au cours d'incidents violents allant de 14 à 16 August 2014, qui ont causé plusieurs blessures et la mort».

La lettre note que le Rapporteur sur les droits des peuples autochtones de la Commission interaméricaine des droits de l'homme a reconnu que les licences actuelles pour les mines et les centrales hydroélectriques étaient accordées sans que l'État ait préalablement consulté librement et en connaissance de cause les communautés autochtones concernées. il est obligé de le faire en vertu de traités internationaux signés par le Guatemala ".

Lis la lettre…

retourner en haut