OMI JPIC logo

Justice, paix et intégrité de la création

Missionnaires Oblats de Marie Immaculée  États-Unis

Logo OMI
Nouvelles
Traduire cette page:

Nouvelles Récentes

News

Archives des actualités


Dernière vidéo et audio

Plus de vidéo et d'audio>

Archives des actualités »UNIAPAC


"Les chefs d'entreprise comme agents de l'inclusion économique et sociale" - Fr. Séamus Finn, OMI Décembre 5th, 2016

Ce qui suit est le texte des remarques d'ouverture faites récemment par le p. Séamus Finn, OMI à la Conférence internationale UNIAPAC au Vatican.

 

seamus-2b

J'explorerai brièvement deux thèmes pendant le temps dont je dispose. Je veux d'abord offrir quelques perspectives sur l'interaction de l'enseignement social catholique avec les mondes de la finance et du commerce. Deuxièmement, j'offrirai un bref résumé des résultats de deux conférences sur l'investissement d'impact qui ont été parrainées conjointement par le Conseil pontifical pour la justice et la paix, Catholic Relief Services et le Mendoza College of Business de l'Université Notre Dame aux États-Unis.

CST, Finances et Commerce

Dans son évolution historique, CST a présenté une analyse, une critique et une affirmation constantes et cohérentes des divers types de transactions financières et commerciales qui ont vu le jour au cours des siècles.

Ce sont des activités humaines qui ont existé et ont évolué au cours du millénaire et ont donc présenté des questions existentielles et des défis aux enseignements et aux principes de la tradition de la foi. Les acteurs, les actions et les thèmes qui ont été examinés comprenaient les rôles et les responsabilités des propriétaires, des clients et des acheteurs; emprunteurs et prêteurs; les obligations des débiteurs et l'adéquation des taux d'intérêt; la responsabilité envers les normes de la justice et l'appel à la charité que la foi exige.

Au cours des dernières décennies, le CST a été appelé à approfondir l'analyse de la manière dont les principes du CST, que nous connaissons tous, la solidarité, la subsidiarité, la participation et le souci de la création, etc. devraient être appliqués dans les transactions financières et commerciales. et les activités qui sont pratiquées aujourd'hui. Historiquement, le débat dans la tradition était souvent sur les rôles et les responsabilités de l'église dans l'enseignement et l'admonestation et de l'Etat dans la gouvernance et la régulation des nombreux problèmes et secteurs qui ont eu un impact sur la société. Aujourd'hui, le secteur privé, représenté par la société civile et les entreprises, occupe désormais la place qui lui revient à la table des débats et des actions sur toutes les questions que les sociétés rencontrent.

La confluence de certains facteurs internes et externes a conduit à l'émergence de ce nouveau paradigme multi-acteurs. En interne depuis le Concile Vatican II, l'Église et les fidèles ont pris conscience d'eux-mêmes en tant qu'acteurs de la société et contribuent à la recherche de réponses constructives aux défis auxquels les sociétés sont confrontées. Au cours des dernières décennies, grâce à l'intervention de papes successifs, il y a eu un éveil profond dans l'église au statut interdépendant que toutes les créatures partagent dans une planète finie. Finalement, le pape François dans l'exhortation apostolique Evangelii Gaudium et l'encyclique Laudato Sí ont réitéré l'enseignement de la tradition et déclaré dans 2013 qu'il est nécessaire «de permettre aux principes de l'Evangile d'imprégner aussi les activités financières et économiques de l'Église». Ceci est cohérent avec l'appel du conseil Gaudium et spes et avec le défi explicite offert par Justice dans le monde dans 1971 (n ° 40); "Tandis que l'Église est tenue de témoigner de la justice, elle reconnaît que quiconque entreprend de parler aux gens de la justice doit d'abord être juste à leurs yeux. Par conséquent, nous devons entreprendre un examen des modes d'action et des possessions et du style de vie trouvés au sein de l'Église elle-même.. »

Extérieurement, le processus de mondialisation en cours a laissé sa marque partout. Conduit par l'expansion mondiale du secteur financier et l'intégration du système financier, il a eu un impact profond sur les alliances politiques, la société civile, la croissance et la pénétration des entreprises et l'extension des mouvements sociaux. Les innovations technologiques qui ont facilité une grande partie de la portée et de l'inclusion de la mondialisation sont omniprésentes dans les régions les plus reculées de la planète.

Investissement d'impact

Les deux conférences sur l'investissement d'impact qui ont été parrainées conjointement avec le Conseil pontifical en 2014 et 2016 ont innové dans l'engagement de l'Église avec le capitalisme et sont allées au-delà des approches conventionnelles de l'investissement socialement responsable et de la responsabilité sociale des entreprises. À bien des égards, ils étaient un effort pour répondre aux critiques bien médiatisées du capitalisme que le pape François a proposées et à son appel en faveur d'un système financier inclusif, soucieux de l'environnement et prenant au sérieux notre responsabilité envers les générations futures. Ces conférences ont montré comment l'investissement d'impact était cohérent avec le CST, comment les investisseurs individuels et institutionnels travaillaient pour aligner le déploiement de leurs actifs afin de soutenir les impacts sociaux et environnementaux positifs et pour considérer les outils et les approches nécessaires pour atteindre ces objectifs.

Ils ont réuni des agences de développement du secteur privé et officiel ainsi que des fondations et des représentants d'institutions financières internationales. Ils ont également réuni des représentants de projets et d'initiatives qui recherchaient des sources fiables de capital approprié pour les patients, qui s'engagent à obtenir des rendements financiers, sociaux et environnementaux. Ces deux événements étaient, je pense, compatibles avec le rôle traditionnel que l'église a joué quand elle cherche à créer un espace où de nouvelles initiatives prometteuses pour répondre aux besoins changeants des communautés peuvent être incubées.

Capitalisme 2.0

C'est dans ce contexte que le Pape François nous invite tous à participer à la promotion d'un capitalisme 2.0 qui laisse derrière lui les approches et activités qui ne prennent pas en compte les conséquences sociales et environnementales négatives de leurs actions et dont la seule priorité est le profit. et la puissance. Ceci est conforme aux efforts antérieurs de promotion des coopératives de crédit et des coopératives soutenus par le CST. Les institutions et les entreprises d'un capitalisme 2.0 doivent être prêtes à poser des questions difficiles telles que: Quoi et comment votre activité, produit ou service contribue-t-il au bien commun? Les investisseurs, également, à commencer par ceux qui cherchent à investir d'une manière conforme à leur foi et, par conséquent, CST doit demander; où dort votre argent? Et pendant que vous dormez, à quoi sert votre argent pour financer? Dans un capitalisme envisagé par le CST et le pape François, nous pourrions demander davantage; De quels types de banques, d'entreprises, d'investisseurs et d'institutions avons-nous besoin dans CAP 2? De quels types de réglementation, de supervision et de transparence avons-nous besoin dans toutes les multiples juridictions chargées d'assurer la stabilité et la liquidité du système financier et la fiabilité des principales institutions qui opèrent dans le système? 

seamus-1

Conforme à la foi et à la tradition

Alors que nous cherchons à mieux aligner nos activités commerciales et nos transactions financières avec CST, nous sommes invités à réfléchir à la manière dont nous contribuons positivement à la valeur tout au long de nos opérations et pour les investisseurs où et dans quoi voulons-nous investir? a identifié les zones 10 comme l'agriculture durable, le logement abordable et accessible et les soins de santé et les technologies propres qui sont facilement identifiables mais toutes les opérations commerciales ont des impacts. En cherchant à diminuer les impacts sociaux et environnementaux négatifs qu'ils provoquent et à augmenter leurs contributions positives, les chefs d'entreprise dans tous les secteurs peuvent être des agents d'inclusion économique et sociale et embrasser la dimension écologique de leur vocation à prendre soin de notre maison commune.

retourner en haut