OMI JPIC logo

Justice, paix et intégrité de la création

Missionnaires Oblats de Marie Immaculée États-Unis

Logo OMI
News
Traduire cette page:

Nouvelles Récentes

News

Archives des actualités


Dernière vidéo et audio

Plus de vidéo et audio>

Archives des actualités »Conseil des droits de l'homme des Nations Unies


Le président du Sénat chargé des relations extérieures souscrit à la résolution des Nations unies sur l'enquête sur les crimes de guerre commis au Sri Lanka Mars 19th, 2014

religieuses

Des religieuses catholiques du nord du Sri Lanka protestent contre l'arrestation du défenseur des droits humains Balendran Jeyakumari

Le sénateur Robert Menendez, président du Comité des relations extérieures du Sénat, a envoyé une lettre plus tôt dans la journée à Navi Pillay, haut-commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme. La lettre soutient la résolution parrainée par les États-Unis devant le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies à Genève et demandant une enquête internationale sur les crimes commis pendant la guerre civile au Sri Lanka. Dans sa lettre, le président Menendez a également déclaré: «Au cours de l'année écoulée, le comité a noté avec préoccupation la détérioration de l'environnement du processus démocratique et des droits de l'homme au Sri Lanka. Même si cela est particulièrement grave dans le nord, des rapports inquiétants font également état d'une approche de plus en plus autoritaire dans le sud et l'est. "

Lire la lettre du président Menendez ici…


Le Père Praveen OMI et Ruki Fernando ont été libérés! Mme Jayakumari est toujours détenue. Mars 19th, 2014

Rev. Fr. Praveen Maheesan, OMI

Rev. Fr. Praveen Maheesan, OMI

Fr. Praveen Mahesan, OMI, et Ruki Fernando, deux fervents défenseurs des droits humains, ont été libérés de la garde de la Division des enquêtes criminelles (CID) du gouvernement sri-lankais mardi soir. Les deux hommes avaient suivi l'arrestation de Mme Balendran Jayakumari, critique virulente de nombreuses "disparitions", après leur arrestation. Mme Jayakumari, une militante qui a vigoureusement protesté contre la «disparition» de Tamouls (y compris son fils) depuis la fin de la guerre civile en mai 2009, est actuellement en détention préventive à la prison de Boosa. En utilisant un DO, elle peut être retenue jusqu'à 18 mois sans accusations formelles. Le bureau des Oblats de JPIC est profondément préoccupé par sa sécurité et son bien-être et rejoint la demande internationale pour sa libération inconditionnelle. La torture serait répandue au Sri Lanka.

Ruki Fernando, laïc catholique et défenseur des droits humains

Ruki Fernando, laïc catholique et défenseur des droits humains

Les arrestations ont eu lieu dans le contexte d'une répression alarmante contre les défenseurs des droits de l'homme et autres protestant contre divers abus des forces militaires gouvernementales, en particulier au cours des cinq dernières années.

S'il vous plaît lire notre déclaration des événements récents ici ...

Veuillez trouver des informations générales sur Mme Balendran Jeyakumari ici ...


La faible résolution de l'ONU sur le Sri Lanka crée des problèmes Mars 12th, 2014

Dans une analyse bien motivée de la situation au Sri Lanka, soutient que la résolution des Nations unies proposée par les États-Unis au Conseil des droits de l'homme des Nations unies doit être renforcée afin d'éviter de créer des problèmes supplémentaires à Sri Lanka. Selon une journaliste sri-lankaise primée, «une résolution qui crée un organe d’enquête faible ne fera que rendre inefficace l’objet de la communauté internationale: renforcer les droits de l’homme pour promouvoir la réconciliation dans un pays sortant de la guerre». une résolution faible risque de nuire à la protection des défenseurs des droits de l'homme et de décourager ceux qui oeuvrent pour la justice. Cela porterait également atteinte à la légitimité et à la pertinence des partis politiques élus au pouvoir dans le nord du pays, qui a appelé à une enquête crédible comme base de négociation d'une solution politique.

Lire l'article dans AsianCorrespondent.com…


Soutenir l'appel à un rapporteur spécial sur les ressources humaines et le changement climatique 25 mai 2012

Un groupe d'ONG, dont VIVAT International, a lancé une pétition appelant un rapporteur spécial sur les droits de l'homme et le changement climatique au Conseil des droits de l'homme. VIVAT International, dont les Oblats sont membres, est un fervent partisan de cette pétition et demande aux membres de notre réseau de soutenir cette initiative.

Nous vous encourageons à vous inscrire en tant qu'individu ou au nom de votre congrégation, si cela vous est délégué.

Pour lire et signer la pétition, veuillez visiter le lien suivant: http://www.petitions24.com/sr_human_rights_and_climate_change

Selon l'ONU, «le réchauffement climatique affectera, et affecte déjà, les éléments fondamentaux de la vie de millions de personnes dans le monde. Les effets incluent une fréquence croissante d'événements météorologiques extrêmes, l'élévation du niveau de la mer, des sécheresses, des pénuries croissantes d'eau et la propagation de maladies tropicales et à transmission vectorielle. "

«En examinant les données sous l'angle des droits de l'homme, il est clair que les effets attendus liés au changement climatique menacent la jouissance effective de toute une série de droits de l'homme, tels que le droit à une eau salubre et adéquate, le droit à la santé et à un logement adéquat . De même, la perspective des droits de l'homme met en évidence le fait que le changement climatique va frapper les pays les plus pauvres et les communautés les plus durement ».

«Les normes internationales relatives aux droits humains servent de guide pour les mesures de lutte contre le changement climatique, soulignant les obligations morales et juridiques fondamentales de protéger et de promouvoir la pleine jouissance des droits consacrés dans la Déclaration universelle des droits de l'homme et dans les principaux traités universels relatifs aux droits humains. ”

Plus d'information…


La résolution sur le Sri Lanka adoptée par le Conseil des droits de l'homme Mars 26th, 2012

Le Conseil des droits de l'homme des Nations unies a voté jeudi dernier (22D mars) en faveur d'une résolution appelant le gouvernement du Sri Lanka à mettre fin à l'impunité pour les violations des droits de l'homme. Les allégations de crimes de guerre commis au cours des dernières phases d'un conflit civil qui dure depuis plusieurs décennies ont persisté dans le gouvernement colombien.

La résolution appelle le Sri Lanka à «enquêter de manière crédible» sur les allégations de violations commises vers la fin de la guerre civile acharnée dans le pays et demande au gouvernement d'expliquer comment il traite les violations présumées du droit international humanitaire et comment le Sri Lanka appliquerait les recommandations du gouvernement. une enquête interne sur la guerre. Il encourage également le bureau des droits de l'homme des Nations unies à fournir à Sri Lanka des conseils et une assistance et à ce que le gouvernement accepte ces conseils.

Cliquez ici pour en lire plus "


Guide du citoyen sur le droit humain à l'eau et à l'assainissement Juin 21st, 2011

Photo par Living Water International

Le Conseil des Canadiens a publié un nouveau rapport intitulé Notre droit à l'eau: Guide du peuple pour la mise en œuvre de la reconnaissance du droit à l'eau et à l'assainissement par les Nations Unies. La présidente Maude Barlow a rédigé le rapport, disponible auprès du Conseil des Canadiens.

En juillet, l'Assemblée générale de 28, 2010, a adopté une résolution non contraignante reconnaissant le droit humain à l'eau et à l'assainissement. Deux mois plus tard, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a reconnu le droit humain à l'eau et à l'assainissement dans une résolution similaire, en précisant exactement ce que ce nouveau droit implique pour les gouvernements. La résolution du Conseil des droits de l'homme étant fondée sur deux traités existants, elle a rendu contraignante la première résolution sur le droit à l'eau adoptée par l'Assemblée générale. En d'autres termes, comme le reconnaît l'ONU, «le droit à l'eau et à l'assainissement est un droit humain, égal à tous les autres droits humains, ce qui implique qu'il soit justiciable et exécutoire».

«Tous les gouvernements sont maintenant liés par ces résolutions historiques de l'ONU. Qu'ils aient ou non voté pour les deux résolutions, chaque pays membre de l'ONU est maintenant obligé d'accepter et de reconnaître le droit humain à l'eau et à l'assainissement et de proposer un plan d'action fondé sur l'obligation de respecter, l'obligation de protéger et de protéger l'environnement. l'obligation de respecter ces nouveaux droits », dit Barlow.

Apprendre encore plus…

retourner en haut