OMI JPIC logo

Justice, paix et intégrité de la création

Missionnaires Oblats de Marie Immaculée États-Unis

Logo OMI
News
Traduire cette page:

Nouvelles Récentes

News

Archives des actualités


Dernière vidéo et audio

Plus de vidéo et audio>

Archives des nouvelles »sri lanka


Oblats de Jaffna et Colombo dans la manifestation des personnes disparues 5 Juin 2017

Les Oblats de Jaffna et de Colombo (Sri Lanka) sont solidaires des Familles des disparus et, le 10 mai, les Oblats des provinces de Colombo et de Jaffna ont participé à une manifestation de rue menée par les Familles des Disparus pendant et après la guerre. La manifestation publique a été lancée après 30 jours de protestation Day & Night dans la ville de Kilunochchi. "La campagne est couronnée de succès à bien des égards", a déclaré le père. Ashok Stephen, OMI, "y compris la participation, l'articulation claire des revendications ainsi que la détermination du peuple à poursuivre la lutte".

Onze pères des Oblats des deux provinces, Jaffna et Colombo, ont pris part à la manifestation et constituaient le groupe religieux le plus important sur place.


Les Oblats du Sri Lanka se joignent à la protestation contre le projet Port City financé par la Chine 6 avril 2016

Le personnel du Centre pour la société et la religion (CSR) et des centaines de personnes, dont des prêtres, des militants écologistes, des organisations civiles et des pêcheurs, ont manifesté lundi 10 avril à Colombo, la capitale du Sri Lanka, pour demander au gouvernement d'arrêter 4. milliard de projets portuaires financés par la Chine.

ColomboProtest


Lire le rapport de nouvelles ici:

http://abcnews.go.com/International/wireStory/sri-lankan-protest-chinese-funded-port-city-project-38133998


Sri Lanka Prêtres et religieux à l'ONU: Adopter des mécanismes internationaux pour lutter contre les crimes contre les droits humains Octobre 6th, 2015

Cent soixante-dix prêtres et religieux du nord et de l'est du Sri Lanka ont récemment exhorté le Conseil des droits de l'homme des Nations unies à adopter des mécanismes internationaux permettant de faire face à la gravité des crimes commis, notamment lors de la dernière phase de la guerre à Sri Lanka. Écrit au Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, ont dit les prêtres et les religieux; «Depuis la fin du conflit armé, bon nombre des causes structurelles du conflit restent intactes.» La lettre a été endossée et signée par plusieurs Missionnaires Oblats et autres prêtres catholiques et religieux.

o Lisez la lettre ici: Sri Lanka Prêtres et religieux à l'ONU.

Pendant ce temps, l'Eglise et les militants des droits de l'homme au Sri Lanka ont applaudi une résolution du Conseil des droits de l'homme de l'ONU (quarante-sept membres du corps de la nation) approuvée à Genève le 1 en octobre, qui permettrait aux juges et aux procureurs étrangers d’aider le Sri Lanka à juger les personnes accusées de crimes graves pendant et après la guerre civile. La résolution de l'ONU appelle à la punition des responsables de crimes de guerre. Cela ouvre également la voie à la responsabilité et à la réconciliation au Sri Lanka.

o En savoir plus Les militants de l'Eglise et des droits de l'homme applaudissent à la résolution de l'ONU sur le Sri Lanka.


Sri Lanka vote pour la fin du népotisme et de la corruption 12 janvier 2015

Wordle-800x365Dans un renversement électoral surprenant, les Sri Lankais ont voté dans l'opposition candidat à la présidentielle Maithripala Sirisena, un ancien ministre de la Santé. Mahinda Rajapaksa, l'homme responsable de la défaite écrasante des Tigres tamouls, a reconnu sa défaite vendredi. Le vote tamoul et musulman semble avoir décidé le résultat de l'élection, car le vote cinghalais a été divisé.

Une nouvelle administration prévoit la possibilité d'un changement, mais il reste encore beaucoup à voir. Le nouveau président a été ministre de la Défense à la fin de la guerre civile en juin. 2009, comme Rajapaksa, rejette l'enquête de l'ONU sur les allégations de crimes de guerre et a promis que les commandants principaux ne seront pas poursuivis. Il n'aurait pas non plus prévu de réduire la présence militaire importante dans le nord (tamoul) du Sri Lanka.

D'un autre côté, la question de la corruption sera abordée (la famille Rajapaksa occupait de nombreux postes d'autorité aux niveaux national et local et contrôlait à la fois le ministère de la Défense et le ministère du Développement). La consolidation croissante du pouvoir au sein de la présidence sera également inversée. Le président Sirisena a promis, pendant la campagne, d'abolir la présidence exécutive dans les jours 100 d'être élu, d'abroger l'amendement 18th controversé, de rétablir l'amendement 17th et de nommer le chef de l'UNP Ranil Wickremasinghe comme premier ministre. Les changements constitutionnels seront importants. Déjà, le nouveau président a appelé à des élections parlementaires dans trois mois.

Cliquez ici pour en lire plus "


L'évêque anglican de Colombo soutient un prêtre attaqué par un groupe bouddhiste de droite Août 19th, 2014

04L'évêque anglican de Colombo, le révérend R. Canagasabey, a rejeté aujourd'hui comme fausses les allégations contre un de ses prêtres - le défenseur des droits de l'homme, le p. M. Sathivel - par une foule dirigée par des moines bouddhistes de droite (Bodu Bala Sena) qui a envahi le Centre pour la société et la religion tenu par les Oblats le 10 août dernier. En faisant une déclaration, l'évêque a dit: «Je ne tolère en aucune façon une telle action contre un rassemblement pacifique et que son évêque affirme que le révérend M. Sathivel est un prêtre crédible et de longue date du diocèse de Colombo avec plus de 4 ans du travail paroissial et communautaire avec une conscience de justice et de paix. "

Lisez la déclaration complète en format PDF: Déclaration de l'évêque de Colombo rejetant de fausses allégations contre le père Sathivel-18Aug2014

En savoir plus sur l' Centre pour la société et la religion, Sri Lanka


Une foule en colère envahit l'assemblée des familles de disparus au centre oblat au Sri Lanka Août 12th, 2014

safe_imageDans l'après-midi du mois d'août 4, un groupe de moines bouddhistes rassemblant un grand nombre de civils et de membres des médias s'est rendu de force à une réunion organisée par le Centre oblat pour la paix et la justice à Colombo, au Sri Lanka. La foule était déterminée à interrompre une réunion de familles de disparus qui se réunissaient sur place pour raconter leurs histoires à un groupe de prêtres, de religieuses, de défenseurs des droits de l'homme et de représentants d'organisations de la société civile et de missions diplomatiques. Le but de la réunion était de définir des méthodes et des stratégies pour aider les familles des personnes disparues à localiser leurs proches. Le centre, qui est actuellement dirigé par le prêtre oblat, le p. Ashok Stephen aide les victimes de la guerre civile depuis des années.

En savoir plus: http://www.ucanews.com/news/sri-lankan-buddhists-up-in-arms-over-papal-visit/71654

Malgré les demandes répétées des organisateurs et du corps diplomatique présent, la police n'a pas réussi à disperser la foule, mais a plutôt suggéré que la réunion soit dissoute et que des représentants des deux parties assistent à une enquête au poste de police. Fr. Ashok Stephen, OMI, directeur du CPJ, a déposé une plainte d'intrusion criminelle contre le seul bouddhiste dont il a pu déterminer le nom, mais il ne pense pas que quelque chose en résultera. Les familles présentes, dont des enfants, étaient effrayées mais la foule, qui criait des injures et prenait des photos des personnes présentes.

Des déclarations sur l'incident du père Ashok Stephen, OMI et du père Rohan Silva, OMI sont disponibles sur le site web de la province de Colombo.

La Conférence des Supérieurs Religieux Majeurs de Sri Lanka a également publié une déclaration condamnant l'incident. (Télécharger le PDF ici)

retourner en haut