OMI JPIC logo

Justice, paix et intégrité de la création

Missionnaires Oblats de Marie Immaculée  États-Unis

Logo OMI
News
Traduire cette page:

Nouvelles Récentes

News

Archives des actualités


Dernière vidéo et audio

Plus de vidéo et d'audio>

Archives des actualités »pauvreté


Le Cri de la Terre est le cri des pauvres: les nouveaux visages de la pauvreté Août 4th, 2017


* L'événement sera diffusé en direct sur Site Web de l'Université St.Paul. Restez à l'écoute pour plus d'informations.


Les bureaux de Justice, Paix et Intégrité de la Création (JPIC) d'OMI USA et d'OMI Lacombe Canada ont le plaisir de vous inviter à un Symposium intitulé "Le Cri de la Terre est le Cri des Pauvres, les Nouveaux Visages de la Pauvreté. »

Cet événement aura lieu le Mercredi, août 30th, 2017 de 9: 00 am - 4: 00 pm:

Université St Paul
223, rue Main
Bâtiment Laframboise Rm 120
Ottawa, CANADA

Ce sera l'occasion de s'engager dans le travail de l'Église et de l'ordre oblat pour lutter contre la pauvreté et lutter pour la justice sociale et la protection de l'environnement.

La journée comprendra des tables rondes intitulées:

  • Les Oblats sont appelés aujourd'hui à embrasser les nouveaux visages des pauvres
  •  «Evangelii Gaudium» et «Laudato Si» en tant que véritable approche écologique et sociale des nouveaux visages de la pauvreté
  • Réponses aux demandes des nouveaux visages des pauvres de la spiritualité de «Laudato Si»

Les présentations mettront l'accent sur les relations entre la pauvreté, l'écologie et le changement climatique, la qualité de la condition sociale et la responsabilité et le rôle de l'église et d'autres groupes religieux dans la promotion de la justice sociale.

Il y aura des occasions formelles de questions et de discussions. Ce serait un honneur pour nous, si vous pouviez vous joindre à nous pour cet événement important.

Note: Il n'y a aucun coût pour assister à cet événement; cependant les dons seront acceptés. Le stationnement est limité et disponible à $ 10 pour la journée et le déjeuner sera fourni.

TÉLÉCHARGEZ LE PROGRAMME PROGRAMME ICI

 Visitez le site Web de l'Université St. Paul.


Les organisations religieuses organisent une conférence sur l'accaparement des terres et la gouvernance juste en Afrique Novembre 23rd, 2015

Terre de communauté Gassol qui a été attribuée à Dominion Farms au Nigeria. Photo courtoisie du Centre pour l'éducation et le développement environnemental (CEED)

L'accaparement des terres et la gouvernance juste discutés lors d'une conférence panafricaine unique du 22 au 28 novembre, avant la visite du Pape en Afrique.

L'accaparement des terres est un problème grave en Afrique, qui nécessite une attention urgente car il menace les moyens de subsistance et la sécurité alimentaire. Il a déjà disloqué des centaines de milliers de personnes de leurs terres, les a privées de ressources naturelles et a menacé leurs moyens de subsistance.

L'accaparement des terres et la gouvernance juste, questions qui constituent une menace importante pour la souveraineté alimentaire, seront discutés lors de la conférence «Accaparement des terres et gouvernance juste en Afrique», du 22 au 28 novembre à Nairobi, au Kenya, et organisée par SECAM (Symposium des Conférences Épiscopales d'Afrique et de Madagascar) avec la collaboration de AEFJN (Réseau Afrique Europe Foi et Justice), AFJN (Africa Faith & Justice Network) et CIDSE (réseau des agences de développement catholiques). L'événement rassemblera des participants de 150 du continent africain et au-delà, y compris de nombreuses personnes directement impliquées dans les luttes pour l'accaparement des terres.

L'accaparement des terres est le plus souvent décrit comme l'acquisition de vastes étendues de terres dans les pays en développement par des entreprises internationales, des gouvernements ou des particuliers. Ces dernières années, les accaparements de terres ont augmenté suite à la flambée mondiale des prix des produits alimentaires dans 2008, incitant les investisseurs à se tourner vers les pays du Sud, en particulier l'Afrique, pour des investissements agricoles et agroalimentaires. De vastes étendues de terres sont également acquises à des fins spéculatives, connues sous le nom de «banque foncière», où l'acheteur détient les terres et les vend plus tard.

Parmi les cas qui seront présentés lors de la conférence, il y a celui du projet italien Senhuile SA, qui a loué 20.000 hectares de terrain dans la réserve de Ndiaël au Sénégal, terrain utilisé pendant des décennies par les habitants d'une quarantaine de villages de la région. Cela a entraîné un conflit permanent avec les villageois, qui veulent que le projet soit arrêté. Le cas des agriculteurs de l'État nigérian de Taraba et du Kenya, qui sont contraints de quitter des terres qu'ils exploitent depuis des générations pour laisser la place à la société américaine Dominion Farms pour établir une plantation de riz, sera également un sujet de discussion. Des cas impliquant la transaction foncière de Bolloré en Côte d'Ivoire, au Cameroun, au Libéria ainsi qu'en Sierra Leone et des cas du Mozambique, de la République démocratique du Congo et du Mali seront également présentés.

Cette conférence a lieu avant la visite du Pape François au Kenya, en Ouganda et en République centrafricaine. Le Pape a déjà exprimé sa grande inquiétude sur la question de l'accaparement des terres. Dans un discours prononcé à l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture à Rome en juin 2015, le pape François a mis en garde contre le «monopolisation des terres de culture par les entreprises transnationales et les États, qui non seulement prive les agriculteurs d'un bien essentiel, mais qui affecte directement la souveraineté des pays ». Le Saint-Père a également souligné que: «Il existe déjà de nombreuses régions dans lesquelles les aliments produits vont à l'étranger et la population locale est doublement appauvrie, car elle n'a ni nourriture ni terre».

D'autres indications et indications sur les dangers de l'accaparement des terres ont été exprimées dans la lettre encyclique du pape, Laudato Si ', dans laquelle il dénonce une approche exploiteuse de la terre tout en rappelant: «Pour eux (les communautés indigènes), la terre n'est pas une marchandise. plutôt un don de Dieu et de leurs ancêtres qui reposent là, un espace sacré avec lequel ils doivent interagir s'ils veulent maintenir leur identité et leurs valeurs. Quand ils restent sur leurs terres, ils s'en soucient eux-mêmes le mieux. Néanmoins, dans diverses parties du monde, on leur demande d'abandonner leurs terres pour faire de la place à [industriel] projets agricoles ou miniers entrepris sans égard à la dégradation de la nature et de la culture. "(146). En soutien à Laudato Si et en prélude à la conférence COP 21 sur le climat à Paris, les conférences des évêques du monde entier ont signé le 22nd d'octobre un appel qui a appelé à la COP 21 "pour assurer l'accès des populations à l'eau et à l'atterrissage pour des systèmes alimentaires résilients et durables, qui donnent la priorité aux solutions axées sur les personnes plutôt qu'aux profits".

La conférence vise à développer des stratégies pour soutenir et renforcer les communautés locales dans leurs luttes pour arrêter cette menace et renforcer la résilience.

-SECAM (basé à Accra), le Symposium des Conférences Épiscopales d'Afrique et de Madagascar, est une association de toutes les Conférences Épiscopales Catholiques d'Afrique et de ses îles. Depuis sa création en 1969, le SECAM s'est montré préoccupé par les questions relatives au développement humain. Pour cette raison, le SECAM a mis en place un Département de la Justice, de la Paix et du Développement dans son Secrétariat à Accra, au Ghana. SECAM apporte tous les diocèses dans tous les pays du continent. Le SECAM représente presque 20% de la population totale de l'Afrique qui sont catholiques.

-AEFJN (basé à Bruxelles), Le réseau Africa Europe Faith & Justice, est une organisation sœur de l'AFJN fondée sur les mêmes valeurs fondamentales et la même philosophie par les congrégations religieuses européennes. Cependant, l'AEFJN est fondée en 1988 pour promouvoir des relations économiques plus équitables entre l'Europe et l'Afrique grâce à son plaidoyer auprès de l'UE et compte actuellement plus de 43 congrégations religieuses parmi ses membres. AEFJN a récemment terminé des études de cas sur l'accaparement des terres et «l'extractivisme» au Sénégal et à Madagascar respectivement

-AFJN (basé à Washington), Le Réseau Afrique Foi et Justice, a commencé dans 1983 en réponse à ce que les congrégations missionnaires catholiques ont vu sur le terrain en Afrique. L'AFJN a été créée pour promouvoir des relations plus responsables et justes entre les Etats-Unis et les pays d'Afrique, et pour lutter contre les politiques préjudiciables à l'Afrique. AFJN a des membres organisationnels 34. Depuis ses bureaux à Washington DC, l'AFJN poursuit son travail de plaidoyer auprès des législateurs du Congrès et des agences administratives américaines.

- CIDSE (basé à Bruxelles) est une alliance internationale d'agences de développement catholiques travaillant ensemble pour la justice mondiale. Nos 17 organisations membres d'Europe et d'Amérique du Nord se réunissent sous l'égide de la CIDSE pour lutter contre la pauvreté et les inégalités. Nous mettons au défi les gouvernements, les entreprises, les églises et les organismes internationaux d'adopter des politiques et des comportements qui favorisent les droits de l'homme, la justice sociale et le développement durable. En savoir plus sur le travail de la CIDSE sur juste la nourriture ici.

 

 


Le changement climatique frappera le plus durement les pays les plus pauvres 30 avril 2014

Sécheresse au Bangladesh

Les moussons tardifs au Bangladesh à 2013 ont affecté toute l'agriculture pluviale.

Le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat, le principal organisme mondial de science du climat, a déclaré dans son récent rapport que le réchauffement climatique fait des ravages «sur tous les continents et à travers les océans», avec le pire à venir. Mais les impacts de loin les plus graves frapperont les pays les plus pauvres qui portent peu ou pas de responsabilité historique dans les changements climatiques, selon le rapport.

«Les pays qui ont le moins contribué à la manifestation de ce problème risquent d’être les plus vulnérables», a déclaré Gary Yohe, économiste à l’Université Wesleyan et auteur principal coordonnateur du rapport du GIEC. «Les pauvres, les jeunes, les vieux et les gens qui vivent le long des côtes seront les plus durement touchés.»

Continuez à lire cet article d'Inside Climate News…

 


Printemps / Été 2014 Numéro du rapport JPIC disponible en ligne 28 avril 2014

JPIC-Rapport-Fall-2010Le numéro 2014 du rapport JPIC Printemps / Été est maintenant disponible en ligne au format PDF. Il sera bientôt disponible sous forme imprimée.

Veuillez contacter Mary O'Herron au bureau de JPIC si vous voulez être ajouté à la liste de diffusion.

Vous pouvez trouver tous les numéros de JPIC Report sur ce site dans la section Ressources. (Télécharger un PDF du dernier numéro)

 


Rassemblement du ministère des Affaires sociales catholiques, février 2-5 6 janvier 2014

csmg-montage-2Le Rassemblement du ministère social catholique de 2014 à Washington, DC, réfléchira sur la vision du pape François de devenir «une Église qui est pauvre et pour les pauvres». Le rassemblement est prévu du 2 au 5 février à l'hôtel Omni-Shoreham. Il est encore temps de vous inscrire si vous souhaitez y assister.

Les organisateurs de l'USCCB ont développé un programme passionnant autour d'un thème qui s'inspire des paroles et de la vision du Pape François: Devenir «une Église qui est pauvre et pour les pauvres».

L'inscription en ligne se termine le vendredi, janvier 24, 2014.

Pour plus d'informations et pour vous inscrire, visitez le site Web de l'USCCB…

 


Le Congrès est invité à protéger l'aide humanitaire et les programmes axés sur la pauvreté 1er Novembre 2013

Sunwater-plombLa Région américaine des Missionnaires Oblats était l'une des 140 organisations non gouvernementales et confessionnelles qui exhortaient les membres du Comité de la Conférence du Budget du Congrès à protéger l'aide humanitaire internationale et les programmes de développement axés sur la pauvreté. Les groupes ont également insisté pour que l’outil brutal de séquestration soit remplacé par un plan équilibré de réduction du déficit.

InterAction, une coalition de groupes travaillant sur l'aide internationale et le développement, était responsable de l'organisation de la lettre. Une lettre identique a été envoyée à tous les membres de la commission de la conférence budgétaire, chargée de concilier les différences importantes entre les projets de loi budgétaires adoptés par la Chambre et le Sénat.

Lettre au représentant Paul Ryan, président du budget de la Chambre (Télécharger le PDF)

Lettre à la sénatrice Patty Murray, présidente du budget du Sénat (Télécharger le PDF)

 

retourner en haut