OMI JPIC logo

Justice, paix et intégrité de la création

Missionnaires Oblats de Marie Immaculée  États-Unis

Logo OMI
Nouvelles
Traduire cette page:

Nouvelles Récentes

News

Archives des actualités


Dernière vidéo et audio

Plus de vidéo et d'audio>

Archives des actualités »fr seamus finn omi


Les professionnels de l'investissement se réunissent à l'Université Marquette pour discuter de l'investissement socialement responsable Octobre 10th, 2019

Publié à l'origine par The Center for Peacemaking at Marquette University

Le révérend Séamus Finn, omi, était le conférencier invité lors du premier symposium de Marquette sur l'investissement socialement responsable. Le discours liminaire de Finn a exploré l’histoire de l’investissement socialement responsable, en s’inspirant d’histoires personnelles tirées de son passé et en tant que président du conseil d’administration du Centre interconfessionnel sur la responsabilité d'entreprise (ICCR).

L'événement a également suscité un partage des connaissances et un réseautage fructueux entre les étudiants et les professeurs de Marquette et les professionnels de l'investissement à Milwaukee. Une vaste table ronde a examiné une variété de stratégies et de défis pour les praticiens et les défenseurs de l’investissement socialement responsable.

Il a été question de l'investissement socialement responsable sur le campus alors que l'invité de Finn donnait une conférence sur les cours de théologie et de finance au cours de sa visite de trois jours sur le campus.

Investissement socialement responsable des 1970 à aujourd'hui

La révérende Finn rencontre les étudiants du programme AIM de Marquette

Finn a souligné que deux événements étaient à l'origine du mouvement moderne en faveur d'un investissement socialement responsable: l'apartheid en Afrique du Sud et l'utilisation d'armes chimiques au Vietnam. Le plaidoyer des actionnaires était la méthode utilisée par l'ICCR pour lutter contre ces injustices. Dans chacun de ces cas, les actionnaires ont démontré leur capacité d'influencer des sociétés telles que General Motors, Ford et diverses banques historiques pour le rôle qu'elles jouent dans l'apartheid en Afrique du Sud, et Dow Chemical pour la fabrication de Napalm et d'Agent Orange utilisés au Vietnam.

Depuis lors, l'ICCR a collaboré avec de nombreuses entreprises pour améliorer les droits de l'homme, la sécurité alimentaire et la durabilité, la santé environnementale, la sécurité et la durabilité de l'eau, les services financiers et la santé globale et nationale. Bien que l'ICCR ne soit pas une organisation exclusivement catholique, l'influence de l'enseignement social catholique (CST) est évidente dans ces priorités. Finn a distingué le La lettre pastorale 1986 de l'USCCB sur l'enseignement social catholique et l'économie américaine intitulée «Une justice économique pour tous».

Alors, comment ICCR fait-il cela? Par le biais de diverses formes de représentation des actionnaires, y compris des résolutions d'actionnaires, des procurations de vote, des dialogues d'entreprise et d'autres stratégies.

Parmi les outils proposés par Finn pour promouvoir les investissements socialement responsables, on peut citer le filtrage positif et négatif, le filtrage fondé sur des normes internationales, le vote par procuration, l’intégration de facteurs environnementaux, sociétaux et gouvernementaux (ESG), les investissements axés sur le développement durable et les investissements d’impact / communautaires.

Les enjeux contemporains de l'investissement socialement responsable

Finn a partagé ce qu'il considérait comme l'une des questions les plus importantes parmi les investisseurs socialement responsables aujourd'hui:

  1. Changement climatique
  2. Prisons privées
  3. Accès aux armes à feu
  4. Dépendance aux opioïdes
  5. Intelligence artificielle et robotique

M. Finn a souligné que ces préoccupations ne concernaient pas uniquement le secteur financier et les entreprises. Elles résultaient des préoccupations de la société et des intérêts des actionnaires. En outre, il a noté que l'intérêt du public pour le changement climatique est unique en ce sens que son impact s'étend à tous les secteurs.

Finn a conclu ses remarques par une déclaration poignante sur les enjeux liés à tous les objectifs d’investissement socialement responsable. Malgré le niveau de vie sans précédent que connaissent la plupart des Américains, Finn a mis en garde contre la simple acceptation des États-Unis comme «promis». terre de liberté politique et d'opportunités économiques. »Il est impératif de se rappeler le coût de cette opération, a déclaré Finn, tout comme il convient de rappeler avec une humilité sobre l'effusion de sang qui a contribué à la prospérité dont nous jouissons aujourd'hui.

Il est essentiel de prendre part à l'ISR et de promouvoir la paix par le biais du secteur commercial et qu'il soit essentiel de reconnaître ceux qui ont souffert et de s'efforcer d'éviter les souffrances futures.

Panel d'investissement socialement responsable

Le révérend Finn rencontre un cours de théologie Marquette

Après le discours de Finn, le symposium s'est transformé en un panel de professionnels de la région de Milwaukee. Le panel était animé par Christopher Merker, professeur adjoint de finance à Marquette qui enseigne un cours sur la finance durable. Les panélistes étaient Laura Gough (Baird - Investment Consulting), Nadelle Grossman (Marquette University - Law & Governance), Joe Henzlik (ISS - Sustainability & Governance), Leo Harmon (Mesirow Financial - Asset Management) et Conner Darrow (Marquette University - Étudiant AIM).

Ils ont discuté de divers sujets, notamment:

  • Définitions individuelles de l'ISR
  • Le dépistage et l’importance de l’ESG en ISR
  • Réflexions sur la table ronde des entreprises
  • Droit fiduciaire et obligations
  • Forces motrices en ISR
  • Utilisation de l'ISR dans les fonds de petites et moyennes capitalisations
  • Tendances de l'engagement des actionnaires
  • Lier la paie aux résultats ESG
  • Cession de combustibles fossiles
  • Idées concrètes pour mettre en œuvre l'ISR

L'événement s'est terminé par une réception au cours de laquelle les participants, les panélistes et les principaux orateurs ont continué à débattre de l'ISR et de ses diverses implications pour la promotion de la paix et de la justice aux niveaux local, national et international.

Le symposium sur l’investissement socialement responsable a été organisé par le Centre pour la consolidation de la paix, le Collège d’administration des affaires et le Département des finances. L'événement était parrainé par Baird, la CFA Society Milwaukee, Mesirow Financial, Sage Advisory et Federated Investors.


Deux jours à Genève avec le père Séamus Finn, OMI 2 février 2017

"Miser sur le contraste saisissant des perspectives, des messages, de l'ambition, des rêves, de la lecture de l'histoire et de l'état actuel des relations internationales dans un lieu chargé d'histoire"

Ma visite de deux jours à Genève a été parallèle aux deux premiers jours complets de l'administration Trump à Washington. L'expérience est devenue comme une retraite qui m'a immédiatement mis en contact avec un si grand nombre de personnes, d'institutions et d'idées qui ont formé et soutenu le système multilatéral international sur fond de menaces d'abroger et de perturber de nombreux accords et pratiques qui sont les fils qui ont été tissés ensemble dans la tapisserie de la cohésion et de la coopération internationales. Elle ne ressemble à aucune autre ville, je pense, en termes de nombre de personnes et de gouvernements qui se sont réunis ici pour négocier la paix, signer des accords et des traités et réparer à nouveau les ruptures et les blessures qui ont souvent divisé les tribus, les comtés et les régions.

J'ai participé à une session multipartite sur l'amélioration de l'accès aux médicaments pour le traitement des maladies négligées à l'Institut d'études sur le développement international qui a réuni un ensemble international très diversifié de chercheurs, de sociétés pharmaceutiques, de gouvernements, d'agences de développement, d'ONG et d'investisseurs. Ils se sont réunis pour évaluer les progrès qui ont été accomplis grâce à ce processus de collaboration, pour discuter des nouveaux concepts et initiatives envisagés et pour explorer les voies par lesquelles le succès de ces les efforts pourraient être améliorés grâce à cette plate-forme collaborative ouverte.


Le soir, je me suis réuni avec beaucoup d'autres à l'église Saint-Nicolas de Flüe pour un service de prière interconfessionnel à l'occasion de la Journée mondiale de la paix parrainée par l'Observateur permanent du Saint-Siège auprès des Nations Unies à Genève. Ceci a marqué le 50ème anniversaire de la Journée Mondiale de la Paix qui a été initié par le Pape Paul VI dans 1967 et qui s'est concentré cette année sur le thème de "Non violence: un style de politique pour la paix". Un par un, les représentants des différentes traditions religieuses, Islam, Juif, Bouddhiste, Orthodoxe, Protestant et Catholique, ont offert leur réflexion sur le message de cette année du Pape François et des prières ont été offertes en six langues différentes. Des chœurs d'Afrique et des Philippines ainsi qu'une procession de style vietnamien ont été ajoutés à l'offrande.

Le deuxième jour, je me suis rendu au siège des Nations Unies à Genève pour participer à un événement parrainé par des organisations religieuses, laïques et gouvernementales pour reconnaître les contributions d'un frère dominicain 15ème siècle à la fondation du droit international et aux principes et processus qui conduira éventuellement à la création de la Société des Nations et des Nations Unies. A l'occasion de la célébration du 800ème anniversaire des frères dominicains, le Maître Général de la Congrégation ainsi qu'un certain nombre de représentants de l'ONU et du gouvernement ont rejoint un grand nombre d'invités dans la salle du Conseil qui abrite aujourd'hui la conférence sur le désarmement et porter le nom de Francisco de Vitoria, OP.

En quittant la salle du Conseil et en direction de la sortie du parc des Nations Unies, je descendis l'avenue et côtoyai les rangées de drapeaux de campagne qui étaient parfois dérangés par une douce brise lors de cette nuit fraîche. Je me suis retrouvé à méditer à la fois les discussions et oui compromis et les dirigeants qui ont contribué à la création de la Société des Nations et ensuite Nations Unies et les origines des nombreuses institutions et organisations internationales qui existent aujourd'hui. Quel était leur rêve, leur vision fondatrice et leur mission directrice? Quels problèmes, problèmes et défis espéraient-ils aborder ou résoudre? Quelle inspiration, quel courage ou quel dévouement a informé les nombreux individus du monde entier qui ont contribué à ce grand travail. Alors que nous surpassons une population mondiale de 7.5 milliards et luttons avec les soins de notre maison commune fragile et belle, comme le Pape François nous l'a rappelé, je me demandais où et comment nous trouverions la sagesse et les architectes pour construire les institutions et les relations qui seront nécessaire pour maintenir notre système ensemble.

L'inauguration de l'administration Trump offre à bien des égards un défi profond à la vision d'un système international et mondial qui était enraciné dans la conviction qu'un esprit de confiance mutuelle et de collaboration pouvait être ancré dans les principes du droit international et régi par des institutions. qui reposaient sur ces principes. Sortir le pays d'une certaine manière de ce réseau de relations internationales et réduire sa confiance et son engagement dans les institutions qui existent pour promouvoir l'harmonie pacifiquement, résoudre les différends et offrir un lieu de débat public et de coopération semble imprudent et manque de prévoyance. Au minimum, il s'agit d'une divergence de direction importante et d'une rupture des protocoles en place depuis des décennies.

À une époque de bouleversement important de notre politique aux États-Unis et ailleurs, nous devons nous pencher à nouveau sur nos fondements et trouver la direction, la signification et la vie dans notre vocation. L'homéliste à la liturgie paroissiale locale dimanche dernier nous a soigneusement rappelé que dans les Béatitudes nous pouvons trouver la Charte pour vivre une vie chrétienne et expérimenter la présence remplie de grâce du Dieu vivant. Qu'il en soit ainsi!


Fr. Seamus Finn, OMI et le père Joseph Gomes, OMI au forum autochtone 19 janvier 2017

(Gauche) Joseph Gomes, OMI (à droite) Seamus Finn, OMI, avec un collègue au forum autochtone

En savoir plus sur le ministère oblat avec les peuples autochtones.


Fr. Seamus Finn commente les normes commerciales de Wells Fargo Décembre 12th, 2016

frseamusiccrwellsfargo

Les membres de l'ICCR continuent à presser Wells Fargo d'aborder les dimensions éthiques de leur vision et de leurs valeurs et de renforcer une culture qui donne la priorité au vrai service à la clientèle et au bien commun en tant que priorités.

Sr Nora Nash OSF et le P. Séamus Finn OMI s'adressent à L'éthique des affaires sur ce que Wells Fargo doit fairehttp://business-ethics.com/2016/12/10/where-wells-fargo-goes-from-here/

 


"Les chefs d'entreprise comme agents de l'inclusion économique et sociale" - Fr. Séamus Finn, OMI Décembre 5th, 2016

Ce qui suit est le texte des remarques d'ouverture faites récemment par le p. Séamus Finn, OMI à la Conférence internationale UNIAPAC au Vatican.

 

seamus-2b

J'explorerai brièvement deux thèmes pendant le temps dont je dispose. Je veux d'abord offrir quelques perspectives sur l'interaction de l'enseignement social catholique avec les mondes de la finance et du commerce. Deuxièmement, j'offrirai un bref résumé des résultats de deux conférences sur l'investissement d'impact qui ont été parrainées conjointement par le Conseil pontifical pour la justice et la paix, Catholic Relief Services et le Mendoza College of Business de l'Université Notre Dame aux États-Unis.

CST, Finances et Commerce

Dans son évolution historique, CST a présenté une analyse, une critique et une affirmation constantes et cohérentes des divers types de transactions financières et commerciales qui ont vu le jour au cours des siècles.

Ce sont des activités humaines qui ont existé et ont évolué au cours du millénaire et ont donc présenté des questions existentielles et des défis aux enseignements et aux principes de la tradition de la foi. Les acteurs, les actions et les thèmes qui ont été examinés comprenaient les rôles et les responsabilités des propriétaires, des clients et des acheteurs; emprunteurs et prêteurs; les obligations des débiteurs et l'adéquation des taux d'intérêt; la responsabilité envers les normes de la justice et l'appel à la charité que la foi exige.

Au cours des dernières décennies, le CST a été appelé à approfondir l'analyse de la manière dont les principes du CST, que nous connaissons tous, la solidarité, la subsidiarité, la participation et le souci de la création, etc. devraient être appliqués dans les transactions financières et commerciales. et les activités qui sont pratiquées aujourd'hui. Historiquement, le débat dans la tradition était souvent sur les rôles et les responsabilités de l'église dans l'enseignement et l'admonestation et de l'Etat dans la gouvernance et la régulation des nombreux problèmes et secteurs qui ont eu un impact sur la société. Aujourd'hui, le secteur privé, représenté par la société civile et les entreprises, occupe désormais la place qui lui revient à la table des débats et des actions sur toutes les questions que les sociétés rencontrent.

La confluence de certains facteurs internes et externes a conduit à l'émergence de ce nouveau paradigme multi-acteurs. En interne depuis le Concile Vatican II, l'Église et les fidèles ont pris conscience d'eux-mêmes en tant qu'acteurs de la société et contribuent à la recherche de réponses constructives aux défis auxquels les sociétés sont confrontées. Au cours des dernières décennies, grâce à l'intervention de papes successifs, il y a eu un éveil profond dans l'église au statut interdépendant que toutes les créatures partagent dans une planète finie. Finalement, le pape François dans l'exhortation apostolique Evangelii Gaudium et l'encyclique Laudato Sí ont réitéré l'enseignement de la tradition et déclaré dans 2013 qu'il est nécessaire «de permettre aux principes de l'Evangile d'imprégner aussi les activités financières et économiques de l'Église». Ceci est cohérent avec l'appel du conseil Gaudium et spes et avec le défi explicite offert par Justice dans le monde dans 1971 (n ° 40); "Tandis que l'Église est tenue de témoigner de la justice, elle reconnaît que quiconque entreprend de parler aux gens de la justice doit d'abord être juste à leurs yeux. Par conséquent, nous devons entreprendre un examen des modes d'action et des possessions et du style de vie trouvés au sein de l'Église elle-même.. »

Extérieurement, le processus de mondialisation en cours a laissé sa marque partout. Conduit par l'expansion mondiale du secteur financier et l'intégration du système financier, il a eu un impact profond sur les alliances politiques, la société civile, la croissance et la pénétration des entreprises et l'extension des mouvements sociaux. Les innovations technologiques qui ont facilité une grande partie de la portée et de l'inclusion de la mondialisation sont omniprésentes dans les régions les plus reculées de la planète.

Investissement d'impact

Les deux conférences sur l'investissement d'impact qui ont été parrainées conjointement avec le Conseil pontifical en 2014 et 2016 ont innové dans l'engagement de l'Église avec le capitalisme et sont allées au-delà des approches conventionnelles de l'investissement socialement responsable et de la responsabilité sociale des entreprises. À bien des égards, ils étaient un effort pour répondre aux critiques bien médiatisées du capitalisme que le pape François a proposées et à son appel en faveur d'un système financier inclusif, soucieux de l'environnement et prenant au sérieux notre responsabilité envers les générations futures. Ces conférences ont montré comment l'investissement d'impact était cohérent avec le CST, comment les investisseurs individuels et institutionnels travaillaient pour aligner le déploiement de leurs actifs afin de soutenir les impacts sociaux et environnementaux positifs et pour considérer les outils et les approches nécessaires pour atteindre ces objectifs.

Ils ont réuni des agences de développement du secteur privé et officiel ainsi que des fondations et des représentants d'institutions financières internationales. Ils ont également réuni des représentants de projets et d'initiatives qui recherchaient des sources fiables de capital approprié pour les patients, qui s'engagent à obtenir des rendements financiers, sociaux et environnementaux. Ces deux événements étaient, je pense, compatibles avec le rôle traditionnel que l'église a joué quand elle cherche à créer un espace où de nouvelles initiatives prometteuses pour répondre aux besoins changeants des communautés peuvent être incubées.

Capitalisme 2.0

C'est dans ce contexte que le Pape François nous invite tous à participer à la promotion d'un capitalisme 2.0 qui laisse derrière lui les approches et activités qui ne prennent pas en compte les conséquences sociales et environnementales négatives de leurs actions et dont la seule priorité est le profit. et la puissance. Ceci est conforme aux efforts antérieurs de promotion des coopératives de crédit et des coopératives soutenus par le CST. Les institutions et les entreprises d'un capitalisme 2.0 doivent être prêtes à poser des questions difficiles telles que: Quoi et comment votre activité, produit ou service contribue-t-il au bien commun? Les investisseurs, également, à commencer par ceux qui cherchent à investir d'une manière conforme à leur foi et, par conséquent, CST doit demander; où dort votre argent? Et pendant que vous dormez, à quoi sert votre argent pour financer? Dans un capitalisme envisagé par le CST et le pape François, nous pourrions demander davantage; De quels types de banques, d'entreprises, d'investisseurs et d'institutions avons-nous besoin dans CAP 2? De quels types de réglementation, de supervision et de transparence avons-nous besoin dans toutes les multiples juridictions chargées d'assurer la stabilité et la liquidité du système financier et la fiabilité des principales institutions qui opèrent dans le système? 

seamus-1

Conforme à la foi et à la tradition

Alors que nous cherchons à mieux aligner nos activités commerciales et nos transactions financières avec CST, nous sommes invités à réfléchir à la manière dont nous contribuons positivement à la valeur tout au long de nos opérations et pour les investisseurs où et dans quoi voulons-nous investir? a identifié les zones 10 comme l'agriculture durable, le logement abordable et accessible et les soins de santé et les technologies propres qui sont facilement identifiables mais toutes les opérations commerciales ont des impacts. En cherchant à diminuer les impacts sociaux et environnementaux négatifs qu'ils provoquent et à augmenter leurs contributions positives, les chefs d'entreprise dans tous les secteurs peuvent être des agents d'inclusion économique et sociale et embrasser la dimension écologique de leur vocation à prendre soin de notre maison commune.


Fr. Séamus Finn: Présentation vidéo sur les affaires, les marchés et le bien commun Novembre 4th, 2016

Dans cette vidéo Séamus Finn, OMI, s'adresse aux entreprises, aux marchés et au bien commun: le défi de Laudato Si.

Cette discussion publique a été organisée par Ensemble pour le bien commun (www.togetherforthecommongood.co.uk) à St Michael's Cornhill, Londres, Angleterre.

retourner en haut