OMI JPIC logo

Justice, paix et intégrité de la création

Missionnaires Oblats de Marie Immaculée États-Unis

Logo OMI
News
Traduire cette page:

Nouvelles Récentes

News

Archives des actualités


Dernière vidéo et audio

Plus de vidéo et audio>

Archives des actualités »Membres


Fr. Seamus Finn commente les normes d'affaires de Wells Fargo Décembre 12th, 2016

frseamusiccrwellsfargo

Les membres de l'ICCR continuent à presser Wells Fargo d'aborder les dimensions éthiques de leur vision et de leurs valeurs et de renforcer une culture qui donne la priorité au vrai service à la clientèle et au bien commun en tant que priorités.

Sr Nora Nash OSF et le père Séamus Finn OMI parlent à L'éthique des affaires sur ce que Wells Fargo doit faire. http://business-ethics.com/2016/12/10/where-wells-fargo-goes-from-here/


Festival de la doctrine sociale: "Collaboration multi-acteurs" Décembre 8th, 2016

Par le fr. Séamus Finn, OMI

festivalofsocialdoctrine4"Au milieu des gens" était la perspective d'organisation utilisée pour rassembler plus de participants 500 au Festival de Doctrine Sociale à Vérone en Italie le week-end dernier. Des chefs de petites entreprises, des responsables d'églises et des membres du gouvernement étaient représentés au festival, de même que de nombreux représentants des associations religieuses et de la société civile. Ils ont présenté certains des projets très réussis qui continuent à évoluer sur les coopératives et les coopératives de crédit et ont fonctionné pendant des années et ont présenté des idées novatrices et des approches à l'application de l'enseignement social catholique aux entreprises et au secteur sans but lucratif. L'encyclique Laudato Sí fourni la motivation pour les participants et la stimulation pour les discussions, les panels et les ateliers.

Dans son message au festival, le Pape François revient sur le thème de la «rencontre» en encourageant ceux qui sont rassemblés à s'ouvrir à la grande diversité des peuples qui composent le tissu de l'humanité. "Quand vous êtes avec les gens, vous voyez l'humanité: n'existe jamais que la tête, existe toujours aussi le coeur. Il y a plus de substance et moins d'idéologie. Pour résoudre les problèmes des gens, vous devriez commencer par le bas, avoir les mains sales, avoir de la valeur, écouter le dernier ".

Dans l'atelier que j'ai présenté avec l'évêque Moses Hamugonole du diocèse de Monze festivalofsocialdoctrine2en Zambie, on nous a demandé de partager quelques idéesn l'engagement des églises avec les compagnies minières et spécifiquement en Zambie. Nous avons apporté notre contribution à l'appel au dialogue multipartite qui est encouragé dans Laudati Sí et la décision de la conférence épiscopale zambienne d'avril 2016 de convoquer une conférence sur comment l'industrie minière et l'agriculture peuvent contribuer au développement durable.

Nous avons rappelé que l'industrie extractive représentée par les PDG de nombreuses grandes sociétés minières avait demandé une conversation soutenue et structurée avec le Vatican par le biais du Conseil pontifical «Justice et paix». Cette conversation a commencé par mettre l'accent sur la mauvaise réputation de l'industrie minière dans de nombreuses communautés et régions et s'est efforcée d'explorer comment le secteur pourrait être un partenaire plus constructif dans la promotion du développement. C’est ainsi que sont nés à Rome en septembre les Journées de réflexion 2013, suivies de Journées de conversations courageuses entre les principales parties prenantes qui se sont réunies quatre fois au cours des trois années écoulées avec d’autres initiatives lors de manifestations nationales et régionales.

festivalofsocialdoctrine1Une question primordiale qui a été réitérée dans Laudato Sí concerne les mécanismes appropriés et les moyens durables de cultiver l'abondance des ressources naturelles dans notre «maison commune» qui nous ont été confiés et promis également de soutenir les générations futures. Cela inclut à la fois les ressources à la surface de la terre ainsi que celles situées sous la surface. Comment structurons-nous l'exploration et l'utilisation de ces ressources de base de manière à laisser derrière nous une planète habitable?

Nous avons ensuite discuté du rôle et de la responsabilité de chaque partie prenante et de leur contribution à un développement approprié et durable, conscient des multiples crises telles que la pauvreté, le chômage des jeunes, les migrations, la destruction de l'environnement, la détérioration des infrastructures et la violence. à travers le monde? Pour les entreprises et les fondations, cela doit aller au-delà de la philanthropie, mais être intégré dans leurs modèles et opérations commerciales et dans leurs philosophies d'investissement. Pour les gouvernements et les dirigeants politiques, cela requiert l'exercice de leur autorité pour la promotion du bien commun qui inclut la protection de «notre maison commune».

«Je lance un appel urgent, puis à un nouveau dialogue sur la manière dont nous façonnons l'avenir de notre planète. Nous avons besoin d'une conversation qui implique tout le monde, car le défi environnemental auquel nous sommes confrontés et ses racines humaines nous concernent et nous concernent tous »(no.14)


Les Missionnaires Oblats vous souhaitent un Avent Bénie et Noël Décembre 6th, 2016

omiadvent2016


Prière pour la fête de l'Immaculée Conception Décembre 5th, 2016

immaculateconception2016jpeg


"Les chefs d'entreprise comme agents de l'inclusion économique et sociale" - Fr. Séamus Finn, OMI Décembre 5th, 2016

Ce qui suit est le texte des remarques d'ouverture faites récemment par le p. Séamus Finn, OMI à la Conférence internationale UNIAPAC au Vatican.

seamus-2b

J'exploiterai brièvement deux thèmes dans le temps dont je dispose. Premièrement, je souhaite offrir quelques perspectives sur l’interaction de l’enseignement social catholique avec le monde de la finance et du commerce. Deuxièmement, je ferai un bref résumé des résultats de deux conférences sur l’investissement à impact parrainées conjointement par le Conseil pontifical pour la justice et la paix, Catholic Relief Services et le Mendoza College of Business de l’Université Notre Dame aux États-Unis.

CST, Finances et Commerce

Dans son évolution historique, CST a présenté une analyse, une critique et une affirmation constantes et cohérentes des divers types de transactions financières et commerciales qui ont vu le jour au cours des siècles.

Ce sont des activités humaines qui ont existé et ont évolué au cours du millénaire et ont donc présenté des questions existentielles et des défis aux enseignements et aux principes de la tradition de la foi. Les acteurs, les actions et les thèmes qui ont été examinés comprenaient les rôles et les responsabilités des propriétaires, des clients et des acheteurs; emprunteurs et prêteurs; les obligations des débiteurs et l'adéquation des taux d'intérêt; la responsabilité envers les normes de la justice et l'appel à la charité que la foi exige.

Au cours des dernières décennies, le CST a été appelé à approfondir l'analyse de la manière dont les principes du CST, que nous connaissons tous, la solidarité, la subsidiarité, la participation et le souci de la création, etc. devraient être appliqués dans les transactions financières et commerciales. et les activités qui sont pratiquées aujourd'hui. Historiquement, le débat dans la tradition était souvent sur les rôles et les responsabilités de l'église dans l'enseignement et l'admonestation et de l'Etat dans la gouvernance et la régulation des nombreux problèmes et secteurs qui ont eu un impact sur la société. Aujourd'hui, le secteur privé, représenté par la société civile et les entreprises, occupe désormais la place qui lui revient à la table des débats et des actions sur toutes les questions que les sociétés rencontrent.

La confluence de certains facteurs internes et externes a conduit à l'émergence de ce nouveau paradigme multi-acteurs. En interne depuis le Concile Vatican II, l'Église et les fidèles ont pris conscience d'eux-mêmes en tant qu'acteurs de la société et contribuent à la recherche de réponses constructives aux défis auxquels les sociétés sont confrontées. Au cours des dernières décennies, grâce à l'intervention de papes successifs, il y a eu un éveil profond dans l'église au statut interdépendant que toutes les créatures partagent dans une planète finie. Finalement, le pape François dans l'exhortation apostolique Evangelii Gaudium et l'encyclique Laudato Sí ont réitéré l'enseignement de la tradition et déclaré dans 2013 qu'il est nécessaire «de permettre aux principes de l'Evangile d'imprégner aussi les activités financières et économiques de l'Église». Ceci est cohérent avec l'appel du conseil Gaudium et spes et avec le défi explicite offert par Justice dans le monde dans 1971 (n ° 40); "Tandis que l'Église est tenue de témoigner de la justice, elle reconnaît que quiconque entreprend de parler aux gens de la justice doit d'abord être juste à leurs yeux. Par conséquent, nous devons entreprendre un examen des modes d'action et des possessions et du style de vie trouvés au sein de l'Église elle-même.. »

Extérieurement, le processus de mondialisation en cours a laissé sa marque partout. Conduit par l'expansion mondiale du secteur financier et l'intégration du système financier, il a eu un impact profond sur les alliances politiques, la société civile, la croissance et la pénétration des entreprises et l'extension des mouvements sociaux. Les innovations technologiques qui ont facilité une grande partie de la portée et de l'inclusion de la mondialisation sont omniprésentes dans les régions les plus reculées de la planète.

Investissement d'impact

Les deux conférences sur l'investissement d'impact, parrainées conjointement par le Conseil Pontifical de 2014 et 2016, ont innové dans l'engagement de l'église avec le capitalisme et dépassé les approches conventionnelles de l'investissement socialement responsable et de la responsabilité sociale des entreprises. À bien des égards, ils ont été un effort pour répondre aux critiques bien connues du capitalisme que le pape François a présentées et à son appel pour un système financier inclusif, soucieux de l'environnement et prenant au sérieux notre responsabilité envers les générations futures. Ces conférences ont démontré comment l'investissement d'impact était cohérent avec CST, comment les investisseurs individuels et institutionnels travaillaient pour aligner le déploiement de leurs actifs pour soutenir les impacts sociaux et environnementaux positifs et pour considérer les outils et les approches nécessaires pour atteindre ces objectifs.

Ils ont réuni des agences de développement du secteur privé et officiel ainsi que des fondations et des représentants d'institutions financières internationales. Ils ont également réuni des représentants de projets et d'initiatives qui recherchaient des sources fiables de capital approprié pour les patients, qui s'engagent à obtenir des rendements financiers, sociaux et environnementaux. Ces deux événements étaient, je pense, compatibles avec le rôle traditionnel que l'église a joué quand elle cherche à créer un espace où de nouvelles initiatives prometteuses pour répondre aux besoins changeants des communautés peuvent être incubées.

Capitalisme 2.0

C'est dans ce contexte que le pape François nous invite tous à participer à la promotion d'un capitalisme 2.0 qui laisse derrière lui des approches et des activités qui ne tiennent pas compte des conséquences sociales et environnementales négatives de leurs actions et dont la seule priorité est le profit et le pouvoir. Cela est conforme aux efforts antérieurs visant à promouvoir les coopératives de crédit et les coopératives que le CST a soutenu. Les institutions et les entreprises dans un capitalisme 2.0 doivent être disposés à poser des questions difficiles telles que: Quoi et comment votre activité, produit ou service contribue-t-il au bien commun? Les investisseurs, aussi, en commençant par ceux qui cherchent à investir d'une manière qui est compatible avec leur foi et donc CST doit demander; Où dort ton argent? Et pendant que vous dormez, quel est votre argent utilisé pour financer? Dans un capitalisme envisagé par le CST et le pape François, nous pourrions demander plus loin; Quels types de banques, d'entreprises, d'investisseurs et d'institutions avons-nous besoin de CAP 2? De quels types de réglementation et de surveillance et de transparence avons-nous besoin dans toutes les administrations multiples qui sont chargées d'assurer la stabilité et la liquidité du système financier et la fiabilité des principales institutions qui fonctionnent dans le système?

seamus-1

Conforme à la foi et à la tradition

Alors que nous cherchons à mieux aligner nos activités commerciales et nos transactions financières avec CST, nous sommes invités à réfléchir à la manière dont nous contribuons positivement à la valeur tout au long de nos opérations et pour les investisseurs où et dans quoi voulons-nous investir? a identifié les zones 10 comme l'agriculture durable, le logement abordable et accessible et les soins de santé et les technologies propres qui sont facilement identifiables mais toutes les opérations commerciales ont des impacts. En cherchant à diminuer les impacts sociaux et environnementaux négatifs qu'ils provoquent et à augmenter leurs contributions positives, les chefs d'entreprise dans tous les secteurs peuvent être des agents d'inclusion économique et sociale et embrasser la dimension écologique de leur vocation à prendre soin de notre maison commune.


Photos de Frs. La visite de la semaine 3 de Jim Brobst et Antonio Ponce en Zambie Décembre 2nd, 2016

Photos de Fr. Jim Brobst, OMI, conseiller régional de Midwest et le père. Antonio Ponce, OMI, visite de trois semaines du directeur de JPIC en Zambie

(Photos avec l'aimable autorisation du père Jim Brobst, OMI)

frantoniozambia4

(De L à R) Jim Brobst, le père Terrence Chota et le père Antonio Ponce

zambianbaptismalpool

Le père Sydney Musonda, OMI, montre des fonts baptismaux avec les pères Antonio Ponce et Freeborn Kibombwe.

frantoniozambia3

Salutation de jeunes étudiants au catéchisme de samedi dans la paroisse Marie Immaculée, Lusaka, Zambie.

Cathédrale de Chrystthechildzambia

Cathédrale de l'Enfant Jésus, Lusaka, Zambie

frantoniozambia2

(De L à R): Fr. Antonio Ponce, évêque Evans Chinyama Chinyemba, p. Jim Brobst et le père Barnabas Simatende sur le fleuve Zambèze

retourner en haut