OMI JPIC logo

Justice, paix et intégrité de la création

Missionnaires Oblats de Marie Immaculée  États-Unis

Logo OMI
À propos de nous: Récits: Travailler avec les peuples autochtones
Traduire cette page:

Peuples autochtones: un peuple avec un passé, une histoire et une culture

Ils ne mourront jamais… Conquis: Peut-être!… Oubliés… Jamais!

Ecrit par: Oswald Firth, OMI Premier assistant général, Administration générale oblate, Rome

Pour les Oblats de Marie Immaculée, vivre et travailler avec les peuples autochtones est une seconde nature. Depuis leur création, ils ont été proches des «Inuk», les habitants indigènes du pôle Nord. Il existe de nombreuses histoires idylliques racontées sur les voyages et les péripéties des Oblats parmi ces «Inuits» indigènes, ce qui signifie «peuple». Ils se sont habitués non seulement au climat arctique, mais aussi aux habitudes alimentaires des Esquimaux qui ont souvent vécu une vie merveilleuse à la recherche de phoques, de saumons et de caribous.

Puis il y a eu les «peuples des Premières Nations», les Amérindiens parmi lesquels les Oblats travaillaient, leur fournissant éducation, santé et autre aide humanitaire. Peut-être que la violation de leurs droits fondamentaux, en particulier le droit à leur terre, à leurs ressources, à leur culture et à leurs personnes humaines, n’a jamais figuré en bonne place dans l’esprit des colonisateurs de ces peuples comme elle le fait aujourd'hui à l’ère post-coloniale. Le fait que ces aberrations soient mises en lumière et que les nations prennent conscience de la situation dans le cadre de la deuxième Décennie des Nations Unies consacrée aux droits des peuples autochtones est une question qui devrait recevoir la plus large publicité.

Plus récemment, les Oblats ont été à l'avant-garde dans la lutte du peuple autochtone du Bangladesh pour surmonter l'ostracisme et regagner leurs droits fonciers. Travaillant en dehors de la fanfare médiatique, où les peuples autochtones et leurs pratiques culturelles sont devenus des expositions muséales ou des attractions touristiques, les Oblats ont aidé les coléoptères khashias et les garos agriculteurs, et maintenant les gens des Chittagong Hill Tracks à être reconnus les Nations Unies. Leurs représentants aujourd'hui portent leur cause au Conseil économique et social des Nations Unies avec des preuves convaincantes, la résilience et le courage intérieur de leur droit à la terre, aux valeurs culturelles, à la langue, aux ressources et à la vie elle-même.

Que nous parlions des Campesinos de Bolivie, des Chiapas et des Sapatistes du Mexique, ou des Mochicas du Pérou, ou même des Guaranis du Brésil qui ont souffert de l'exploitation coloniale, l'humanité doit se rendre compte que ce sont ces peuples de la terre qui ont préservé l'environnement et soigné et cultivé les éléments les plus précieux de la nature - à savoir: la terre, l'air, le feu et l'eau - si nécessaires à notre vie. Dans la tentative effrénée de l'homme moderne de lutter contre la pollution, nous avons tendance à oublier que le secret de la vie pendant des siècles a été préservé par les peuples autochtones, comme nous le rappellent les lignes suivantes, non sans un sentiment d'ironie:

Tout sur la Terre a un but
Chaque maladie a une herbe pour le guérir
Et chaque personne a une mission
C'est la théorie indienne de l'existence
(Sahish)

Grâce à Oblate Communications, le site officiel des Missionnaires Oblats de Marie Immaculée pour avoir partagé cette histoire.

retourner en haut