OMI JPIC logo

Justice, paix et intégrité de la création

Missionnaires Oblats de Marie Immaculée États-Unis

Logo OMI
À propos de nous: Récits: Travailler avec les peuples autochtones
Traduire cette page:

Les peuples autochtones Garo et Khasi risquent l'expulsion

Écrit par Sanjeeb Drong, Bangladesh

Sanjeeb Drong est un laïc et un proche collaborateur des Oblats travaillant avec ces peuples indigènes du Bangladesh.

Les communautés autochtones Garo et Khasi vivent dans le nord et le nord-est du Bangladesh, près de la frontière indienne. La majorité des Garos et des Khasis vivent à Meghalaya, en Inde. Certains vivent à Tripura, Koch Bihar, Assam et Mizoram. Leur population totale au Bangladesh est d'environ 120,000. Les Garos et les Khasis appartiennent à une société matrilinéaire et la plupart d'entre eux sont devenus chrétiens au fil des ans.

Pendant des siècles, les peuples autochtones du Bangladesh ont été durement touchés par les politiques gouvernementales telles que l'accaparement de terres, les migrations forcées et les violations des droits de l'homme, notamment la politique coloniale de diviser pour régner.

Depuis 1947, après le régime britannique, le gouvernement pakistanais de l’époque a organisé un programme de transfert de population dans la région de Garo. des milliers de musulmans du Bengale se sont installés sur des terres autochtones. Maintenant, les peuples autochtones sont devenus une minorité dans leur propre pays.

Des centaines de villages de Garo et de Khasi ont complètement disparu. La terre était leur source de vie et leur gagne-pain. Mais les terres ont été prises par des étrangers appartenant aux peuples autochtones. Après la perte de terres, nombre de ces autochtones ont émigré vers les villes et les villes pour y trouver un emploi.

Le gouvernement du Bangladesh n’a pas de politique de développement des populations autochtones. Plusieurs fois, ces personnes ont dû faire face à des expulsions forcées de leur pays d'origine au nom de projets de développement tels que des barrages, des parcs nationaux, des parcs écologiques, des zones protégées, des forêts et même des bases militaires. Ainsi, les peuples autochtones sont devenus le groupe le plus marginalisé et vulnérable du monde. pays. Le Bangladesh, en 35 ans d’indépendance, n’a jamais reconnu ces peuples autochtones dans la constitution.

Eco-parc posé pour expulser les nations Khasis et Garos de la forêt de Modhupur

Les peuples autochtones de la forêt de Modhupur sont maintenant en danger. À propos de 25,000 Les Garos sont confrontés à de graves violations des droits de l'homme: meurtres, tortures, oppression résultant de fausses affaires, emprisonnement, viol, etc. La politique de l'État du Bangladesh va complètement détruire leur vie en les expulsant de force de leur patrie ancestrale.

Le gouvernement du Bangladesh envisage de créer un parc écologique dans le district de Moulvibazar, qui occupera plus de 1,500 acres de terres ancestrales des peuples autochtones à des fins touristiques. Ce plan a été lancé par le gouvernement en juillet 2000 sans consultation ni consentement des peuples autochtones vivant dans la région depuis des siècles. Le gouvernement n'a pas non plus mentionné les villages des peuples Khasi et Garo dans leur proposition de projet; au lieu de cela, le gouvernement les traite presque comme des habitants illégaux de la forêt.

Sept villages de collines autochtones seront touchés: les familles 1,000 Khasi et Garo feront l'objet d'une expulsion forcée de leur pays d'origine, où elles vivent depuis des milliers d'années.

Les peuples autochtones luttent depuis longtemps pour annuler le projet de parc écologique, mais le gouvernement continue de le soutenir. C’est la source de tensions permanentes au sein des communautés Garos et Khasis.

Les peuples autochtones Garo et Khasi au Bangladesh cherchent le soutien de la communauté internationale pour leur survie même.

Grâce à Oblate Communications, le site officiel des Missionnaires Oblats de Marie Immaculée pour avoir partagé cette histoire.

retourner en haut