OMI JPIC logo

Justice, paix et intégrité de la création

Missionnaires Oblats de Marie Immaculée États-Unis

Logo OMI
Actualités
Traduire cette page:

Nouvelles Récentes

News

Archives des actualités


Dernière vidéo et audio

Plus de vidéo et audio>

Deux jours à Genève avec le père Séamus Finn, OMI

2 février 2017

"Miser sur le contraste saisissant des perspectives, des messages, de l'ambition, des rêves, de la lecture de l'histoire et de l'état actuel des relations internationales dans un lieu chargé d'histoire"

Ma visite de deux jours à Genève a été parallèle aux deux premiers jours complets de l'administration Trump à Washington. L’expérience est devenue une sorte de retraite qui m’a immédiatement mis en contact avec un grand nombre de personnes, d’institutions et d’idées qui ont formé et soutenu le système multilatéral international dans le contexte de menaces d’annulation et de perturbation de nombreux accords et pratiques des liens qui ont été tissés dans le tissu de la cohésion et de la coopération internationales. Je pense que cela ne ressemble à aucune autre ville en termes de nombre de personnes et de gouvernements qui se sont réunis ici pour négocier la paix, pour signer des accords et des traités et pour réparer à nouveau les ruptures et les blessures qui ont souvent divisé les tribus, les comtés et les régions.

J'ai participé à une session multipartite sur l'amélioration de l'accès aux médicaments pour le traitement des maladies négligées à l'Institut d'études sur le développement international qui a réuni un ensemble international très diversifié de chercheurs, sociétés pharmaceutiques, gouvernements, agences de développement, ONG et investisseurs. Ils se sont réunis pour évaluer les progrès réalisés grâce à ce processus de collaboration, pour discuter de nouveaux concepts et initiatives envisagés et pour explorer des pistes permettant au succès de ces projets. les efforts pourraient être améliorés grâce à cette plate-forme collaborative ouverte.


Le soir, je me suis réuni avec beaucoup d'autres à l'église Saint-Nicolas de Flüe pour un service de prière interconfessionnel à l'occasion de la Journée mondiale de la paix parrainée par l'Observateur permanent du Saint-Siège auprès des Nations Unies à Genève. Ceci a marqué le 50ème anniversaire de la Journée Mondiale de la Paix qui a été initié par le Pape Paul VI dans 1967 et qui s'est concentré cette année sur le thème de "Non violence: un style de politique pour la paix". Un par un, les représentants des différentes traditions religieuses, Islam, Juif, Bouddhiste, Orthodoxe, Protestant et Catholique, ont offert leur réflexion sur le message de cette année du Pape François et des prières ont été offertes en six langues différentes. Des chœurs d'Afrique et des Philippines ainsi qu'une procession de style vietnamien ont été ajoutés à l'offrande.

Le deuxième jour, je me suis rendu au siège des Nations Unies à Genève pour participer à un événement parrainé par des organisations religieuses, laïques et gouvernementales pour reconnaître les contributions d'un frère dominicain 15ème siècle à la fondation du droit international et aux principes et processus qui conduira éventuellement à la création de la Société des Nations et des Nations Unies. A l'occasion de la célébration du 800ème anniversaire des frères dominicains, le Maître Général de la Congrégation ainsi qu'un certain nombre de représentants de l'ONU et du gouvernement ont rejoint un grand nombre d'invités dans la salle du Conseil qui abrite aujourd'hui la conférence sur le désarmement et porter le nom de Francisco de Vitoria, OP.

En quittant la salle du Conseil et en direction de la sortie du parc des Nations Unies, je descendis l'avenue et côtoyai les rangées de drapeaux de campagne qui étaient parfois dérangés par une douce brise lors de cette nuit fraîche. Je me suis retrouvé à méditer à la fois les discussions et oui compromis et les dirigeants qui ont contribué à la création de la Société des Nations et ensuite Nations Unies et les origines des nombreuses institutions et organisations internationales qui existent aujourd'hui. Quel était leur rêve, leur vision fondatrice et leur mission directrice? Quels problèmes, problèmes et défis espéraient-ils aborder ou résoudre? Quelle inspiration, quel courage ou quel dévouement a informé les nombreux individus du monde entier qui ont contribué à ce grand travail. Alors que nous surpassons une population mondiale de 7.5 milliards et luttons avec les soins de notre maison commune fragile et belle, comme le Pape François nous l'a rappelé, je me demandais où et comment nous trouverions la sagesse et les architectes pour construire les institutions et les relations qui seront nécessaire pour maintenir notre système ensemble.

L’inauguration de l’administration Trump pose à bien des égards un défi profond à la vision d’un système international et mondial fondé sur la conviction qu’un esprit de confiance mutuelle et de collaboration pouvait être fondé sur les principes du droit international et régi par des institutions. qui étaient basés sur ces principes. Sortir le pays d'une certaine manière de ce réseau de relations internationales et réduire la confiance et l'engagement des institutions existantes pour promouvoir pacifiquement l'harmonie, résoudre les différends et fournir un espace de discussion publique et de coopération apparaissent imprudents et peu prévoyants. À tout le moins, il s’agit d’une divergence importante de direction et d’une perturbation des protocoles en place depuis des décennies.

À une époque de bouleversement important de notre politique aux États-Unis et ailleurs, nous devons nous pencher à nouveau sur nos fondements et trouver la direction, la signification et la vie dans notre vocation. L'homéliste à la liturgie paroissiale locale dimanche dernier nous a soigneusement rappelé que dans les Béatitudes nous pouvons trouver la Charte pour vivre une vie chrétienne et expérimenter la présence remplie de grâce du Dieu vivant. Qu'il en soit ainsi!

retourner en haut