OMI JPIC logo

Justice, paix et intégrité de la création

Missionnaires Oblats de Marie Immaculée États-Unis

Logo OMI
récentes
Traduire cette page:

Nouvelles Récentes

News

Archives des actualités


Dernière vidéo et audio

Plus de vidéo et audio>

Le père Gregorio Iriarte, OMI honoré pour sa contribution aux droits de la personne et à la justice

Septembre 23rd, 2012

Rolando Lopez, secrétaire général de l'Universidad Mayor de San Simon, a déclaré que la plus haute distinction en matière de défense des droits de l'homme avait été attribuée au p. Gregorio Iriarte omi, prêtre chez les Oblats de Marie Immaculée. Il a dit que c'était une reconnaissance du p. Activité de Iriasrte en tant que fondateur de l'Assemblée des droits de l'homme et sa contribution à la restauration de la démocratie en Bolivie.

Fr. Gregorio Iriarte a dit qu'il était reconnaissant, mais qu'il ne méritait pas un tel honneur: «Ma contribution est relative. C'est vrai que j'ai écrit des livres, mais je ne peux pas dire que je suis un grand chercheur, je pense que je suis plutôt un vulgarisateur, j'essaie simplement de traduire ce que d'autres font en science, en politique, en économie ».

Fr. Iriarte a également reçu le Prix national Ana Maria Romero de Campero de la Fundación UNIR pour la culture de la paix. Il était le fondateur de l’Assemblée permanente des droits de l’homme de Bolivie, ainsi que de l’UNITAS (Union nationale des instituts de formation pour le développement social - le réseau des organisations de la société civile bolivienne) et ERBOL (Educación Radiofónica de Bolivia) - une ONG basée à La Paz, en Bolivie, qui se consacre à l’utilisation de la radio comme moyen d’éducation, de services sociaux et de nouvelles pluralistes. Fr. Iriarte est apprécié pour son travail inlassable dans la promotion et la défense des droits de l'homme et l'instauration de la justice sociale.

Il est considéré comme l’un des principaux moteurs de «l’Église de libération» et sa principale contribution a été de travailler avec les communautés chrétiennes de base formées par les pauvres, afin de les mobiliser afin d’améliorer leurs conditions de vie. Les gouvernements dictatoriaux l'ont étiqueté «ami des ennemis du gouvernement» et l'ont expulsé du pays à plusieurs reprises. Il est resté attaché à une conviction profonde de travailler avec les plus démunis. Né à 1925, dans la région basque d’Espagne, il est arrivé en Bolivie à 1964 et a travaillé au centre minier de Llallagua, dans la région de Potosi. À la tête de Radio Pío XII, il s'est employé à éduquer les agriculteurs et les membres de la communauté de cette région.

Fr. Iriarte a publié trente ouvrages sur la lutte pour la démocratie, l'enseignement des valeurs et la promotion des principes de la culture de la paix, affirmant que l'éducation est un moyen de justice, de liberté et de solidarité. Il a été invité à de nombreux forums nationaux et internationaux en tant que champion de la justice et de la paix.

retourner en haut