OMI JPIC logo

Justice, paix et intégrité de la création

Missionnaires Oblats de Marie Immaculée États-Unis

Logo OMI
Récentes
Traduire cette page:

Nouvelles Récentes

News

Archives des actualités


Dernière vidéo et audio

Plus de vidéo et audio>

Les femmes sri-lankaises du Nord et de l'Est réclament une paix, une justice et une responsabilité réelles

Mars 6th, 2012

Un rapport récemment publié par des femmes du nord de Sri Lanka souligne la nécessité d'une réconciliation sérieuse dans le pays. Le réseau de femmes du Nord-Est a publié ce qui suit dans le cadre de la campagne de la Journée internationale de la femme (08th 2012 de mars)

La fin de la guerre brutale 30 a apporté un espoir de réconciliation, de paix, de développement et d'égalité pour tous. Cependant, au cours des trois dernières années, le manque d'engagement des États sri-lankais à l'égard de ces principes de base a rendu les femmes du Nord et de l'Est vulnérables. Le manque de moyens de subsistance, la responsabilité en matière de sécurité et la justice ont laissé les femmes dans un état où nous n'avons pas encore récolté les bénéfices d'une nation qui n'est pas en conflit armé.

Au cours des trois dernières années, la sécurité des femmes s'est détériorée à plusieurs égards. Les femmes se sont retrouvées dans une situation où elles devaient prendre soin du bien-être économique et social de leur famille tout en assurant sa sécurité et celle de sa famille.

La poursuite du groupe de travail présidentiel et du PTA empêchent les femmes de travailler à la base pour aider les femmes qui ont été touchées au cours de la guerre de plus de 10 ans 3 en leur fournissant des conseils. L'interférence constante du gouvernement dans les activités de réhabilitation et de réinstallation a entravé le travail de ces organisations et n'aide pas les organisations à travailler en collaboration avec les bénéficiaires.

La présence militaire accrue dans le Nord et l’Est, en plus de créer un sentiment de peur parmi la population, a également entraîné des violations des droits des femmes. L'armée a ouvert plusieurs magasins d'alimentation et d'épicerie, limitant ainsi les moyens de subsistance des femmes dans le nord. Auparavant, plusieurs femmes gagnaient leur vie en exploitant de petits magasins. Les militaires se sont également engagés dans la vente de légumes. Les femmes ne sont donc pas en mesure de vendre des légumes de leurs jardins privés en raison de leur incapacité à concurrencer les forces armées et de leur peur de le faire. À plusieurs endroits, les militaires ont pris possession de terres publiques et de terres privées pour créer des camps militaires et des centres de formation. Ils pratiquent même la culture du paddy en utilisant les terres qui ont été prises de force à des agriculteurs pauvres. Même si le commandant de l'armée a déclaré que l'armée était prête à réduire sa présence au nord et à l'est, cela est peu probable étant donné les grandes structures permanentes que l'armée a construites au nord et à l'est. (1) Cette déclaration intervient également à la suite de la résolution proposée à l'ONU appelant à la mise en œuvre des recommandations de la Commission sur les leçons apprises et la réconciliation (LLRC) et à la tenue d'enquêtes supplémentaires et plus approfondies. Les mesures ponctuelles prises par l'État sri-lankais nous font prendre conscience que le Sri Lanka n'est pas sérieux quant à sa revendication de justice et de responsabilité. Les attentats au yaka de l'année dernière nous rappellent encore une fois la position vulnérable des femmes, même en présence d'une forte présence militaire, qui, selon le gouvernement, vise à la sécurité de la population.

Les femmes du Nord et de l'Est se sont plaintes de plusieurs cas de harcèlement et de violences de la part de membres de l'armée, de paramilitaires et du gouvernement, mis à part la violence à laquelle les femmes sont confrontées chez elles et dans la communauté. Cette augmentation de la violence exercée par des personnes détenant le pouvoir a placé les femmes dans une position particulièrement vulnérable, ne leur permettant aucun recours.

L'affaire de viol de Mannar en mars 2001 où deux femmes ont été violées, les deux femmes qui ont été violées lors de la détention à Rettaivaikkal en mai 2009 et ont dû quitter le pays en raison du harcèlement de l'armée, l'affaire de viol de Vishwamadu de June 2010 par l'armée - Ce ne sont là que quelques exemples de la violence à laquelle les femmes continuent de faire face aux mains de l'armée. L’absence d’enquêtes dans ces affaires, le dépôt de feuilles d’accusation ou d’arrestations ont entraîné une culture d’impunité et créé une tendance à la violence1 à l’égard des femmes. Cela se reflète dans la montée actuelle de la violence dans le Nord et l’Est. Récemment, plusieurs plaintes ont été déposées dans le nord et l'est de la JMO, qui refusaient de fournir des rapports médicaux dans des affaires de violence sexuelle, en particulier lorsqu'elles étaient perpétrées par l'armée.

Les ex-combattantes continuent de faire l'objet de harcèlement de la part de l'armée et du CID, même si elles ont été libérées après leur réhabilitation. Ils sont toujours tenus de se présenter au poste de police / militaire local une fois par mois et ont subi des pressions pour se marier ou devenir des informateurs s'ils souhaitent que le harcèlement cesse. Dans un cas, une ancienne combattante vivant dans la province orientale a été violée par un policier alors qu'elle se présentait pour s'enregistrer à son poste.

Les femmes recherchent encore les personnes disparues pendant la guerre et leurs parents et amis détenus. Bien que le gouvernement ait demandé aux gens de fournir des informations sur les personnes disparues, il n'a pris aucune mesure à leur égard. Dans plusieurs cas, les femmes qui sont allées enregistrer leurs cas ont été harcelées par le personnel militaire à qui elles ont fourni les informations.

Nous nous félicitons du rapport de la LLRC, mais il est loin de ce qui est requis pour que ce pays puisse aller de l'avant. Le Sri Lanka a une longue histoire de commissions mises en place pour enquêter sur diverses violations des droits de l'homme telles que les disparitions. Cependant, un coup d'œil rapide sur le passé montrera que les recommandations de ces commissions n'ont pas été mises en œuvre et que les infractions ont continué à se produire. . La LLRC n'était pas non plus sensible aux femmes et aux vulnérabilités dans lesquelles elles ont été placées même si les femmes constituaient la majorité de celles qui ont témoigné aux sessions de la LLRC.

Même si le gouvernement s'est engagé dans la réinstallation et que nous nous en félicitons, la manière dont elle a été menée est loin de ce que l'on souhaite. Les femmes se sont retrouvées dans des refuges inadaptés, sans accès à l’eau ou à l’assainissement et sans moyens de subsistance. Ils sont retournés dans des endroits fortement militarisés.

Nous, le Réseau des femmes du Nord-Est, appelons l'ONU et ses États membres à aider le Sri Lanka sur la voie de la réconciliation et de la paix par la responsabilité et la justice et à renforcer ses mécanismes nationaux en assurant un suivi international. Nous appelons l'État sri-lankais à considérer le projet de résolution du Conseil des droits de l'homme des Nations unies comme un outil pour la mise en œuvre de sa vision d'une communauté multiculturelle et multiethnique et à garantir une paix durable aux femmes qui l'ont perdue. beaucoup et continuer à souffrir. Le gouvernement sri-lankais a eu la possibilité de concrétiser ses promesses envers les minorités ethniques, en particulier les femmes de ce pays qui ont souffert de trois décennies de guerre. Nous espérons que le gouvernement tiendra sa promesse et fera des femmes de vrais citoyens de ce pays.

(1) http://www.colombopage.com/archive_12/Mar02_1330705311CH.php

Publié par le Réseau des femmes du Nord-Est dans le cadre de la campagne de la Journée internationale de la femme (08th 2012 de mars)

retourner en haut