OMI JPIC logo

Justice, paix et intégrité de la création

Missionnaires Oblats de Marie Immaculée États-Unis

Logo OMI
récentes
Traduire cette page:

Nouvelles Récentes

News

Archives des actualités


Dernière vidéo et audio

Plus de vidéo et audio>

Demandez au Congrès de soutenir la loi DREAM!

14 septembre 2010

Le Congrès n'est de retour que quelques semaines avant les élections de novembre. La dynamique est forte au Congrès pour aider les jeunes immigrants. Ils peuvent le faire en adoptant la loi DREAM.

Les jeunes qui ont vécu aux États-Unis pendant la plus grande partie de leur vie mais qui ont été amenés illégalement aux États-Unis, souvent en tant que jeunes enfants, sont confrontés à un avenir difficile. Ces enfants ont grandi dans nos communautés et comprennent des étudiants inscrits sur la liste d'honneur, des athlètes vedettes, des artistes talentueux, ainsi que des scientifiques en environnement, des médecins et des entrepreneurs en herbe. Ils font face à des obstacles uniques à l'enseignement supérieur. Incapables de travailler légalement aux États-Unis, ils vivent souvent dans la peur de l'expulsion. C'est une perte terrible pour eux et pour la société dans son ensemble.

Soutien bipartisan à la loi DREAM

La loi sur le développement, l’aide et l’éducation des mineurs étrangers (la «loi DREAM») est une législation bipartite qui a été présentée au Sénat et à la Chambre des représentants des États-Unis à 2009 par les sénateurs Richard Durbin (D-IL) et Richard Lugar (R -IN) sous S.729 et par les représentants Howard Berman (D-CA), Lincoln Diaz-Balart (R-FL) et Lucille Roybal-Allard (D-CA) en tant que HR1751. Selon les sondages 2010 de juin, environ 70% des Américains sont favorables à ce projet de loi.

La loi DREAM Act est appuyée par un large éventail d’organisations du monde de l’éducation, de l’armée et communautés d'affaires ainsi que des organisations religieuses telles que le Conférence des évêques catholiques des États-Unis.

Dispositions de la loi DREAM:

La loi DREAM (introduite pour la première fois dans 2001) créerait une voie menant à la résidence permanente légale et à la citoyenneté éventuellement acquise par les jeunes. Le projet de loi ne récompense pas les étudiants pour le comportement illégal de leurs parents; tout ce qu'il fait est de réparer un système qui punit actuellement les enfants pour les décisions de leurs parents. Pour être éligible, l'immigrant doit entrer dans le pays avant l'âge de 16, résider cinq années consécutives aux États-Unis, obtenir un diplôme d'études secondaires ou l'équivalent et posséder un casier judiciaire vierge, sans activité criminelle.

Si elle est adoptée, The Dream Act créerait une voie d'accès à la résidence permanente légale et, éventuellement, à la citoyenneté gagnée par des diplômés de haut niveau du secondaire qui auraient été emmenés aux États-Unis alors qu'ils étaient enfants, il y a de nombreuses années. Environ 2.5, un million de jeunes sans papiers de moins de 18 vivant aux États-Unis en bénéficieraient.

Dites au Congrès qu'il est temps d'adopter la loi DREAM.

Si le Congrès n'agit pas cette année, une autre classe entière d'élèves du secondaire respectueux des lois sera diplômée sans avoir la possibilité de planifier l'avenir, et certains seront expulsés vers des pays qu'ils connaissent à peine. Le fait de déporter des étudiants immigrants éduqués qui ont démontré leur engagement à travailler dur et leur fort désir de contribuer à la société est une perte pour l’Amérique.

Dites à vos sénateurs et représentants que, en tant que leurs constituants, vous les exhortez à parrainer et à contribuer à la promulgation de la loi DREAM afin que les diplômés du secondaire sans papiers amenés aux États-Unis alors qu'ils étaient enfants puissent réaliser leur potentiel grâce à des études supérieures et à des services rendus aux États-Unis. Tous les Américains en bénéficieront.

Contactez George Ngolwe pour plus d'informations.

retourner en haut