OMI JPIC logo

Justice, paix et intégrité de la création

Missionnaires Oblats de Marie Immaculée États-Unis

Logo OMI
Récentes
Traduire cette page:

Nouvelles Récentes

News

Archives des actualités


Dernière vidéo et audio

Plus de vidéo et audio>

Des groupes de défense des droits de l'homme demandent une enquête sur les crimes de guerre commis au Sri Lanka

21 mai, 2010

WarCrimeSatelliteImagesDes groupes de défense des droits de l'homme, de Human Rights Watch à Amnesty International, en passant par l'International Crisis Group, appellent à une enquête indépendante sur les crimes de guerre perpétrés par les deux parties au cours de la fin traumatique de la guerre entre les LTTE et les forces gouvernementales il y a un an.

Dans un rapport publié en mai 17, un an après la fin de la guerre, l'International Crisis Group a cité "des motifs raisonnables de croire que les forces de sécurité sri lankaises ont commis des crimes de guerre" en bombardant intentionnellement des civils, des hôpitaux et des opérations humanitaires dans le but ultime de détruire les forces de sécurité. Tigres séparatistes. À leur tour, les Tigres auraient tiré sur des civils qui tentaient de fuir les zones rebelles et en ont capturé d'autres afin de faire pression sur le monde pour obtenir un cessez-le-feu.

Le groupe basé à Bruxelles, financé par les donateurs et les gouvernements, a appelé à une enquête soutenue par les Nations Unies pour expliquer la victoire du gouvernement sri-lankais sur les Tigres, «au prix de souffrances immenses pour la population et d'un grave défi au droit de la guerre . Selon le rapport, les preuves rassemblées par le groupe "suggèrent que des dizaines de milliers de civils tamouls, hommes, femmes, enfants et personnes âgées ont été tués, d'innombrables blessés et des centaines de milliers privés de nourriture et de soins médicaux adéquats, entraînant plus de morts. "

Rapport de l'International Crisis Group

Amnesty International fait circuler une pétition demandant une enquête indépendante

Human Rights Watch a rassemblé des preuves supplémentaires d'éventuelles exécutions sommaires et autres abus. Celles-ci sont détaillées dans un communiqué de presse, qui appelle également une enquête indépendante.

Le gouvernement sri-lankais a annoncé la création d'une commission sur les leçons apprises et la réconciliation le X mai prochain. La commission est largement considérée comme une façade. Il n'a pour mandat que de se pencher sur l'échec du cessez-le-feu 17, qui n'a pour ainsi dire rien à voir avec les violations massives commises par les forces gouvernementales et les LTTE au cours des derniers mois des hostilités. De plus, Chitta Ranjan de Silva, présidente nommée de la Commission, est un ancien procureur général qui a été sérieusement critiqué pour l'ingérence présumée de son bureau dans les travaux de la commission d'enquête présidentielle 2002. Le groupe indépendant d'éminentes personnalités a démissionné, frustré en grande partie par le rôle du procureur général.

Le gouvernement sri-lankais a créé en novembre une commission 2009 chargée d'examiner les allégations de crimes de guerre exposées dans un rapport du département d'État américain, mais aucune conclusion n'a été rapportée, malgré le délai imparti par 2010 en avril.

retourner en haut