OMI JPIC logo

Justice, paix et intégrité de la création

Missionnaires Oblats de Marie Immaculée États-Unis

Logo OMI
Récentes
Traduire cette page:

Nouvelles Récentes

News

Archives des actualités


Dernière vidéo et audio

Plus de vidéo et audio>

Les civils portent le poids de la guerre au Sri Lanka

28 avril 2009

Les conditions sont difficiles sur la petite bande côtière du nord du Sri Lanka où des dizaines de milliers de civils sont pris au piège entre les forces belligérantes du LTTE et l'armée sri-lankaise. Le manque de nourriture, d'eau et de matériel médical, associé au bombardement quotidien d'artillerie lourde, ont fait de cette région un enfer.

Des sources onusiennes ont estimé que des civils de 6,432 avaient été tués depuis le mois de janvier de cette année alors qu'un autre 20 avait été blessé. Cela n'inclut pas tous les corps qui gisent au bord des routes. Nous avons reçu des informations selon lesquelles de nombreuses personnes ont été tuées aujourd'hui alors que 13,946 a été blessé et admis dans deux hôpitaux. Une clinique de santé a été bombardée, tuant des personnes dans la salle du patient blessé.

Les appels internationaux des deux côtés pour mettre fin aux combats sont tombés dans l'oreille d'un sourd. Le CICR a pu évacuer certaines personnes de 4,000 au cours des dernières semaines, principalement blessées par les bombardements de l'armée, mais beaucoup d'autres ont été incapables de sortir, détenues de force comme bouclier humain par les LTTE. Des civils, aussi jeunes que 12, ont été enrôlés de force par les LTTE dans un effort désespéré pour contrecarrer l'avancée de l'armée.

L'armée sri-lankaise, apparemment peu préoccupée par la vie des civils massés dans la région, a régulièrement utilisé des lance-roquettes à plusieurs barils, des bombardements aériens et des tireurs isolés, faisant de nombreuses victimes. L’artillerie lourde n’est pas censée être utilisée près de concentrations de civils précisément à cause du danger de mort de civils.

Les deux parties ont violé le droit international humanitaire en toute impunité.

La semaine dernière, une brèche dans les fortifications du LTTE par l'armée a permis à un nombre estimé de personnes de 35,000 de s'échapper. Les pertes pendant cette période ont été lourdes, avec environ un millier de personnes tuées dans les tirs croisés. Les personnes déplacées à l'intérieur de leur propre pays qui ont réussi à sortir de la zone de guerre sont transportées dans des camps gardés à Vavuniya et à Jaffna. Il n'y a pas de liberté de circulation dans les camps, même les personnes âgées, les blessés et les enfants sont internés à ce moment-là, pour une durée indéterminée.

Certaines personnes de 100,000 ayant fui la zone de guerre au cours des dernières semaines, les camps sont gravement surpeuplés et les installations médicales submergées par le grand nombre de blessés graves. Les familles ont été séparées en cours de route et n'ont aucun moyen de se réunir ou même d'obtenir des informations sur leurs proches. Nous espérons que le gouvernement du Sri Lanka permettra aux personnes déplacées de se réunir avec les membres de leur famille et de rentrer chez elles le plus rapidement possible.

Avant d'être emmenés dans les camps, les personnes déplacées sont contrôlées à une série de points de contrôle. Cette projection est effectuée par l'armée sri-lankaise - aucun observateur indépendant n'est autorisé aux postes de contrôle situés à proximité du champ de bataille. En fait, aucun journaliste ou observateur indépendant n'a été autorisé dans le nord du pays depuis septembre de 2008. Les observateurs du CICR et du HCR sont désormais autorisés aux points de contrôle plus proches des camps, mais les problèmes signalés semblent se situer aux points de contrôle plus proches des combats.

Nous avons reçu des informations crédibles selon lesquelles un grand nombre de personnes qui se soumettent au dépistage ne sont pas renvoyées au groupe plus important. Des années de disparitions et d'assassinats extrajudiciaires de Tamouls par l'armée sri-lankaise au fil des ans ont fait craindre que cela se produise à ces points de contrôle. Il est extrêmement important que le processus de sélection à tous les niveaux soit ouvert à des observateurs indépendants. Les personnes soupçonnées d’être membres des LTTE devraient être traitées conformément à la loi. Il convient également de rappeler que beaucoup d'entre eux ont été enrôlés de force par les LTTE, en particulier lors des récents combats.

Nous avons appelé le gouvernement américain à exiger l'arrêt des combats pour permettre aux civils pris au piège dans la zone de conflit de s'échapper. Nous demandons aux deux parties de respecter le droit international humanitaire dans le conflit. Cela est vrai aussi pour l'administration des camps de réfugiés. Le gouvernement du Sri Lanka, en tant que gouvernement, a la responsabilité particulière de protéger tous ses civils.

Apprendre encore plus…

retourner en haut